L’ETE EN CONCERTS : RED HOT CHILI PEPPERS & IRON MAIDEN

red hot

RETOUR SUR LES CONCERTS DE L’ETE : RED HOT CHILI PEPPERS au Stade de France, Paris, 8 Juillet 2022 & IRON MAIDEN à Paris La Défense Aréna 26 juin 2022.

RED HOT CHILI PEPPERS

Les californiens sont de retour sur scène pour leur nouvel album ‘Unlimited Love’ et nous le présentent au travers de quatre morceaux dont le premier single ‘Black Summer’ lors de ce week end au Stade de France.

Les fans attendaient avec impatience une nouvelle tournée afin de retrouver John Frusciante à la guitare : présent dans le groupe entre 1988 à 1992 puis de 1998 à 2009, il fait de nouveau parti du groupe depuis 2020 mais le Covid a empêché le groupe de reprendre la route.

A 19h30, la première partie ‘Anderson Paak & the free Nationals’ ouvre le bal et met l’ambiance au stade avec un son funk bien rythmé qui donne envie de danser qui n’est pas sans rappeler Jamiroquai. C’est un beau succès !!!

20h40, la scène s’illumine et c’est peu de le dire : le dispositif lumineux est totalement impressionnant ! On sent que spectacle est bien maitrisé. Le light show aux couleurs psychédéliques est fantastique : il coule de l’écran du fond de la scène pour glisser vers le public grâce à une avancée de scène comme si la lumière voulait se répandre dans la fosse. C’est le seul effet qu’utilise le groupe pour mettre le feu au public et c’est réussi. Les tubes s’enchainent en distillant au milieu des hits déjà connus quatre nouvelles chansons du dernier album, néanmoins les transitions entre les morceaux sont parfois un peu lentes et l’ambiance retombe entre deux morceaux. Chad Smith à la batterie donne pourtant de sa personne avec force et brio, son énergie est communicative. Flea est un toujours excellent bassiste qui aime le live, ça se sent aussi quand il interpelle le public entre deux chansons. Anthony Kiedis au chant se balade sur la scène comme s’il était chez lui. Reste donc le retour de John Frusciante à regarder de plus près. Il est vrai que John Frusciante est un talentueux guitariste et excellent technicien : ses improvisations à la Stratocaster et ses duos avec Flea le bassiste furent excellents, mais sa guitare nous a semblé largement sous mixée par rapport à la basse justement. D’autre part, le guitariste n’a pas l’air d’être si bien réintégré que ça avec son sage look polo + jean alors que les autres portent des tenues de scène assez voyantes.

Au bout d’une heure quarante de set, le bilan est légèrement décevant même si tous les tubes ont été joués, on reste un peu sur sa faim, d’autant qu’il n y a qu’un seul rappel avec deux chansons. Le public gronde de déception quand les lumières se rallument. C’est un peu court !

Red Hot Chili Peppers, nouvel album ‘Unlimited love’(2022)

IRON MAIDEN

Un concert de heavy metal me direz-vous, c’est juste du gros son gras et des cheveux longs qui headbanguent. Erreur fatale !

Il y a aussi une mise en scène qui pour certains groupes est aussi millimétrée qu’une pièce de théâtre et spectaculaire avec des effets spéciaux de cinéma. Iron Maiden entre dans cette catégorie où le spectacle est précis comme un coucou suisse !

Il faut dire que le groupe anglais est bien rodé, des années d’expérience feront toujours la différence !

Bruce Dickinson nous annonce dans un français impeccable que Paris c’est la seconde maison du groupe et qu’ils ont joué beaucoup plus souvent dans la capitale française qu’à New York ou au Japon déclenchant l’ovation des fans français.

Le groupe démarre par quelques titres tirés de son dernier album Senjutsu et notamment par le titre éponyme où un guerrier samouraï vient chercher des noises aux musiciens. Suivent Stratego et The Writting on the Wall entre autres.

Dans un second temps, nous sommes confrontés à un décor qui fait penser à des vitraux d’église mais qu’on se rassure Satan n’est jamais très loin et nous revoilà en enfer pour la fin du show ! Evidemment, nous retrouvons Eddie la mascotte du groupe qui se bat au sabre contre le chanteur, un Spitfire de la seconde guerre mondiale, un diable méchamment cornu, des lance flammes et des explosions de lumière et des ambiances différentes.

Niveau set list : que du bon de ‘Aces high’ à ‘Run to the hills’ au final en passant par ‘Number of the beast’ et ‘Fear of the dark’ et avec une surprise ‘Flight of Icarus’ qui n’avait pas été joué depuis 1986.

Les 6 membres du groupe sont fidèles à eux même : Steve Harris mitraille le public avec sa basse, les trois guitaristes jouent chacun leur tour les solos avec justesse et Niko Mc Brain tape comme un furieux sur ses futs avant de distribuer ses baguettes à la fin du concert. Up the irons !!!

Il faut noter aussi une première partie assurée par Airbourne qui a séduit le public aussi.

Iron Maiden, nouvel album ‘Senjutsu’ (2021)

Valérie Leah

concert-v2-1536x818

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s