« LE MARIAGE FORCÉ » : MOLIERE TRANSFIGURÉ ET ULTRA-MODERNISÉ

Le mariage forcé - Louis Arène - Studio-Théâtre de la Comédie Française

Le mariage forcé – Louis Arène – Studio-Théâtre de la Comédie Française, Paris – du 26 mai au 3 juillet 2022. 

Âmes sensibles s’abstenir. Cette version trash, conseillée à partir de 15 ans, révèle Molière sous un jour cru et furieusement moderne. Le metteur en scène Louis Arène mélange les genres, masque les visages et projette une esthétique de bande dessinée. Ce mariage forcé est sidérant, les comédiens s’y révèlent comme jamais, et Molière gagne en modernité au-delà de ses mariages arrangés d’un autre temps. Comme quoi, la Comédie Française sait vivre avec son époque, et Molière y est célébré au goût du jour. Le spectacle qui se joue dans la petite salle du Studio Théâtre met le public KO en moins d’une heure, tandis que les comédiens saluent en nage, épuisés après un jeu ultra-physique et exigeant. Une véritable révolution.

Sganarelle, 53 ans, s’apprête à épouser la jeune Dorimène. Un brin inquiet avant de se lancer dans une telle aventure, il demande conseil à son ami Geronomino, qui le renvoie à deux philosophes locaux, Pancrace et Marphurius.

La scène est occupée par une boite blanche, qui se referme sur les acteurs. Le sol en pente met d’emblée les comédiens en tension. Dans ce décor neutre, la physionomie, le visage et les costumes des acteurs prennent toute la place. Ce mariage forcé donne dans la caricature et la distanciation. Les acteurs portent chacun un masque très fin, qui ne recouvre qu’une partie de leur visage, épouse leurs traits à la perfection, lisse leurs expressions et ouvre l’imaginaire du spectateur. Physiquement, Sganarelle est sculpté en vieillard vouté, avec moult prothèses, coussins et excroissances de chair dessinées. Le physique de tous les personnages est ainsi remodelé : tête pointue, ventre exubérant, tout le monde est servi.

Le casting est construit sur une fabuleuse inversion des genres : Julie Sicard incarne Sganarelle, tandis que Christian Hecq joue sa fiancée Dorimène et Sylvia Bergé se glisse dans la peau du père de Dorimène. Les minauderies féminines de Christian Hecq font sourire et collent aux mimiques habituelles de l’acteur. La performance de Julie Sicard est surprenante et époustouflante. Elle est ce vieillard libidineux de tout son corps. Lorsque la belle femme rousse se redresse et retire son masque à la fin de la dernière scène, le spectateur n’en croit pas ses yeux. Quel pouvoir de transfiguration ont ces masques! Quelle force dans le jeu physique des comédiens ! Tous, sans exception, se donnent sans compter : Gaël Kamalindi dans le rôle de Gerononimo et du frère de Dorimène, Christian Hecq en Dorimène, Benjamin Lavernhe à la fois philosophe et amant, Sylvia Bergé fait un gros père répugnant.

Le spectacle repose sur une mécanique de précision, avec moult trappes et portes cachées dans le décor. Les objets apparaissent et disparaissent au millimètre près, une perruque se transforme en chat, les tables de fête glissent, les philosophes entrent et sortent comme par magie. Le rythme est tenu de bout en bout, rien ne ralentira le cours des choses de cette folle journée.

La modernité est dans le verbe et la gestuelle. Les vers de Molière sont là. La maîtrise des comédiens du Français fait qu’ils ne sont jamais pesants. A peine quelques références actuelles s’insèrent-elles ici et là. Les interprétations choisies, parfois très crues, comme lors de la première rencontre de Sganarelle et Dorimène, ancrent encore plus le propos dans la modernité.

La tension est partout, entretenue par une musique d’apocalypse. La scène des bohémiennes est effrayante. Quand Gaël Kamalindi, jouant le frère de Dorimène, cherche à effrayer Sganarelle en lui lançant de vrais couteaux alors qu’il est scotché au mur, le public retient son souffle.

Voilà une mise en scène révolutionnaire, jamais convenue, toujours surprenante, et qui ne connaît aucune limite. A voir pour découvrir la Comédie Française comme vous ne l’avez jamais vue, et pour revoir vos préjugés sur Molière…

Emmanuelle Picard

Photo Comédie Française

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s