« COIFFEUSE D’ÂMES », LA MORT RIT DE VOUS

2

« Coiffeuse d’âmes » – De Valériane de Maeterleire et Thierry Debroux – mise en scène de Daphné D’Heur – Du 30 mai au 19 juin au théâtre Royal du Parc Bruxelles.

La claque ! On ne l’avait pas vu venir. Ça aurait pu être inintéressant, soporifique, voire irritant, « coiffeuse d’âmes » mis en scène par Daphné D’Heur, est pur bijou poétique et philosophique.

Mépriser la mort ? La tourner en dérision ? Oui, pourquoi pas, si cela peut aider certains, à calmer leurs angoisses, leurs peurs par ces temps sombres, disions-nous, avant que le rideau se lève sur ce décor des années sixties.

Diable, on reste scotché jusqu’à la fin .1 heure 10 de bonheur et de rire. On aurait pu s’ennuyer, tant le sujet est universel et la trame ne sort pas des sentiers battus. L’écriture le fait pour elle, intelligente, vive.

On est fasciné par ce trio infernal de comédiennes, leur complicité et surtout leur plaisir à jouer, à se moquer, à moquer la faucheuse. La mort perd des plumes. Rira bien qui rira la dernière. On peut toujours se gratter sous les bras, pour se faire rire, un trou nous attend tous…

Que dire de ce regard féminin sur ce grand mystère ? Juste, étonnant. On peut en rire ou en pleurer. Le parti pris du spectacle, de ces femmes, est d’en rire.

Le spectacle s’ouvre sur une dame portant un tablier qui s’emploie à nettoyer une boutique, visiblement un salon de coiffure pour femmes. Un vieux transistor diffuse une chanson de Billy Holliday, elle esquisse quelques pas de danse. On aperçoit au travers de la grande baie vitrée que la neige tombe dehors. L’ambiance est à la bonne humeur et à la détente. La scénographie fait penser aux années 50/60.

Ce petit monde va être chamboulé quand Eléonore va débouler dans ce salon un soir du 24 décembre pour se faire une coupe de cheveux alors qu’elle n’a pas pris un rendez-vous. Vérification faite dans le grand livre des clients, son nom y est précisément noté ! Situation inédite lorsque la porte du salon s’ouvre à nouveau avec une deuxième cliente. La règle ici c’est que le salon ne peut accueillir qu’un/e seul/e client/e à la fois.

Coiffeuses d’Âmes, à voir sans plus attendre !

Dominique Bela

Distribution : Cindy Besson, Petra Urbanyl et Anouchka Vingtier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s