LE « PRINTEMPS DU OFF », 13 MARIAGES ET UN ENTERREMENT

lds1-1024x682

AVIGNON : « Le Printemps du Off » – divers lieux*, Avignon – du 16 avril au 14 mai 2022.

LE « PRINTEMPS DU OFF », 13 MARIAGES ET UN ENTERREMENT

Il fallait oser ! Voici que la crème des crèmes d' »Avignon sur Scène » (comme aime à nommer notre chère ville éolienne notre confrère Fabien Bonnieux), voici donc que ces treize larrons* représentant le pire du théâtre avignonnais s’associent pour produire l’événement (!) le plus ringard de la scène locale depuis 20 ans. Et voilà que, ne reculant décidément devant rien, ces 13 nouveaux mariés, réunis dans l’improbable collectif des « indépendants » (entendez non subventionnés), ont affublé leur médiocre coup de com du titre présomptueux de « Printemps du Off ».

Un collectif de « Gilets jaunes » redoutables qui s’est offert comme marraine, cerise sur le gâteau, l’inénarrable Judith Magre, comédienne à l’ancienne, bien connue des lecteurs de « Fémina » ou de « Télé-loisirs ». Un bien joli compagnonnage, donc, qui ravira les tenants d’un « théâtre » privé grand pourvoyeur de « célébrités », comme on le sait.

Bref, on nage en pleine supercherie. 13 salles parmi les plus minuscules du Off, les plus mal foutues, dont la pauvre programmation compte parmi les plus indigentes du festival, se sont donc liguées pour la circonstance aggravante et surtout débile d’opposer un « contre pouvoir » à l’association AF&C, coordinatrice « historique » du Off avignonnais. Mais le comble de l’absurdité (ou de l’incompétence, au choix) est que non seulement ces braves guerriers avec ce « coup » de com se rêvent sous les étoiles médiatiques qu’ils n’ont jamais obtenues -et n’obtiendront jamais, mais qu’ils espèrent trouver la lumière avec un « programme » ubuesque frisant la correctionnelle, un catalogue d’inepties « théâtrales » à frémir, ramassant tout ce qui traîne dans le « vivier » local de la vacuité artistique et de la nullité absolue.

Mais ce truc ringard est surtout parfaitement contreproductif. En effet, (mais y ont-ils pensé une seconde? ), comment s’imaginent-ils remplir leurs misérables salles en juillet avec le public grand-avignonnais qui aura déjà vu leurs spectacles, qui plus est à prix bradés ? Mystère.  Vous me direz, avec une moyenne de 49 places assises, ces théâtricules ridicules ont vite fait de remplir, à la grande joie de leurs « invités » devant lesquels -amour du théâtre en étendard- ils se vantent de partager royalement les recettes de co-réalisation… Le ridicule ne tue pas, hélas. Toujours est-il que ce machin anachronique qu’ils ont pompeusement appelé « festival » a déjà un pied dans la tombe. Et les 13 mariés de frais peuvent d’ores et déjà se préparer à un bel enterrement, sans fleurs ni couronne.

Martin Zell

* Les 13 « théâtres » dans le vent de ce « Printemps » : L’Adresse, Alisé, Archipel, Albatros, Atypik, Chapeau Rouge, des Lilas, Pixel, du Rempart, Vieux Balancier, Porte St Michel, Théâtre des Vents, Verbe fou

Photo : « Le Loup des Steppes » au Rempart, Off d’Avignon – Photo DR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s