« NOTRE SOLEIL », PAROLES D’EXIL

thumbnail

Notre Soleil, par les côtés du Maghreb – d’après le roman de Fran Kourouma – Adaptation Fran Kourouma et Sandra Raco – mise en scène Sandra Raco  – avec Fran Kourouma – Théâtre des Riches Claires, Bruxelles, jusqu’au 02/04/2022 et en tournée.

« Et pour ça je suis prêt à monter sur scène pour partager ces mots »

« Je veux que les Européens découvrent cette réalité humaine souvent méconnue ou involontairement ignorée et d’autre part que certaines personnes d’Afrique soient informées de ce qui attend les migrants avant de prendre la décision d’emprunter ce même chemin » ainsi déclare Fran Kourouma, lapidaire.

Des propos qui résonnent, en échos avec les déclarations de Marie-Christine Vergiat, interviewée récemment par le quotidien en ligne MigranStory, « Migrant » est un mot si péjoratif qu’il est remplacé aujourd’hui par « exilé ». Exilé signifie « une personne qui a dû de manière forcée quitter son pays pour trouver refuge ailleurs ». Et si l’on comprend, voire, on adhère parfaitement à ce que veut dire la Vice-présidente de la Ligue des Droits de l’Homme en France, préférant le mot exilé, « Notre soleil » est bien le récit d’un migrant : Fran Kourouma. Un migrant comme le perçoivent la plupart des personnes en occident, de manière dépréciative, alors qu’il s’agit tout simplement d’un être humain à la recherche d’un monde meilleur. L’Europe sonne comme un espoir, l’Italie comme un rêve, et la Belgique, comme un paradis !

Fran a traversé les déserts de « l’effroyable » si « éloigné, dit-il, de ce qu’on peut voir et entendre dans les médias occidentaux ».

Jeune guinéen de 24 ans (aujourd’hui), il quitte la misère de son pays alors qu’il vient à peine de fêter ses 20 ans. L’espoir d’une vie meilleure sont les mots brûlant ses lèvres d’une fièvre enthousiaste lorsqu’il explique à sa mère qu’il faut absolument entreprendre ce voyage. La pauvre femme appréhende la péripétie envisagée par son fils vers l’inconnu. « Nous ne pouvons plus vivre dans cette misère maman, nous devons faire quelque chose pour nous en sortir, et je serai celui-là même qui le fera ». Voilà à peu près les propos qu’il lui tient pour la rassurer, la convaincre.

Au cours de ce voyage, qui durera à peu près deux ans, Fran va traverser le désert d’Agadez, dit « l’enfer libyen ». Il sera emprisonné, torturé, esclavagé et vendu, humilié… Conakry, Bamako, Ouagadougou…Sebha… Zaouia… pour finir par passer de centre d’accueil en centre d’accueil en Italie…Syracuse… Rome…, puis Nice… Lyon… Paris…et arriver « enfin » en Belgique. D’abord sans-abri, il vit dans la rue pendant plusieurs mois pour finir par « atterrir » …. au…fameux… « Petit Château » ! Centre d’accueil Fedasil.

Mais comment a fait Fran Kourouma pour supporter l’enfer ?

Grâce à l’écriture ! Sur son téléphone portable, il va écrire, écrire et encore écrire. 800 pages de récit. Celui de son terrible périple. Un magnifique témoignage, poussé par l’envie de ne pas passer sous silence la vérité sur les migrants, qui, comme lui, on entreprit de tels voyages. Il n’a pas d’ordinateur mais il cherche des personnes pouvant l’aider à réaliser son rêve, publier son livre.

Sandra Raco est LA rencontre qui va tout changer pour le jeune guinéen. L’idée s’impose à elle : un spectacle. Mais d’abord la publication du roman, ensuite mise en scène. Pour Fran il s’agit d’une urgence, il veut partager son histoire au plus grand nombre. Ensemble ils vont retravailler le texte, monter une lecture-spectacle au Festival Cocq’arts et plus tard au Centre culturel d’Uccle, au Blocry et sur scène, au théâtre des Riches Claires à Bruxelles.

Dans un décor sobre, toute en douceur et humilité, Fran raconte ! Les spectateurs boivent ses mots, sont impatients de connaitre la suite. En bord plateau, Fran relate certaines anecdotes qui ne manquent pas d’intérêt : comment il a été accueilli par un couple d’homosexuels flamands, comédiens, chez eux ; comment il écrivait la suite de son roman sur les téléphones des autres, à travers son compte, lorsque soit il avait été volé, soit… ; son ressentit face à la politique migratoire de l’Europe, la réalité effaçant le rêve des merveilles… dans les pays imaginés… la totale désillusion !

Mais l’histoire de Fran c’est aussi de belles rencontres, humaines et solidaires.

Le thème de la migration « est au centre de tous les débats », particulièrement en ces temps de guerre en Ukraine, ou la solidarité sélective semble être de mise, et met à mal le cœur des migrants de tous autres pays, je pense à la Syrie, mais aussi à l’Afghanistan, et tant d’autres.

Ce n’est pas tant le spectacle qui nous frappe, mais les mots de Fran qui nous impactent : « Notre Soleil » signifie en Malinké « le vécu, le trajet de la vie ». Un spectacle à voir assurément là où il se jouera à nouveau (*)

Julia Garlito Y Romo

(*) En tournée en Belgique :
Théâtre jardin Passion du 12 au 16 avril 2022
Théâtre de la Valette du 21 au 24 avril 2022, du 27 avril au 1er mai 2022, du 5 au 8 mai 2022
Festival de Stavelot le 5 juillet 2222
Centre culturel Bruegel en janvier 2023
Studio 12 à Louvain la Neuve avec le Théâtre jean Vilar du 30 mai au 2 juin 2023

Bon à savoir : Auteur et interprète : Fran Kourouma / Adapatation et mise en scène : Sandra Raco / assistanat à la mise en scène : Laure Chartier et Boris Olivier / La mère (voix off) : Babetida Sadjo / Création lumière : Jérôme Dejean / Création son et musique : Laurent Beumier / Décor : Angela Castro / Aide à la scénographie : Léa Gardin / Régisseur : à définir / Oeil extérieur : Nathan Fourquet Dubart / Attahcée de presse et diffusuion : Valérie Cornelis.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s