PRINTEMPS DES COMEDIENS, UNE EDITION 2022 ALLECHANTE

115_dsc07085

Le Printemps des comédiens 2022 – Montpellier, divers lieux – du 25 mai au 25 juin 2022.

Le Printemps des comédiens 2022 se tiendra du 25 mai au 25 juin prochains. Au menu, plutôt riche et très éclectique comme toujours, de très grands noms du théâtre contemporain côtoient de plus jeunes artistes, avec plus de 33 spectacles et 200 comédiens. Un printemps qui bourgeonne et fleurira de milles fleurs le festival montpelliérain, devenu incontournable avant les grandes rencontres d’été.

Une programmation qui sur le papier du moins, s’annonce particulièrement alléchante : signalons particulièrement la venue du grand Simon McBurney avec « Michael Kohlhaas », le puissant performer Sud-Africain Steven Cohen avec son « From Outside In » , Ivo Van Hove avec un Molière commémoratif ou encore le metteur en scène lituanien Łukasz Twarkowski qui propose une grande fresque « Respublika ». Citons également le retour du « Peer Gynt » de David Bobée, mais aussi le Grec Nikos Karathanos qui nous donne un « Prométhée » qui s’annonce intéressant, ou la performeuse argentine Marina Otero et son « Love Me »… Bref un beau programme où chacun pourra s’y retrouver avec une palette déployée d’esthétiques singulières à explorer.

Voici comment présente cette édition du Printemps 2022, Jean Valera :

« L’Espagnol, l’Italien, le Grec, le Lituanien, l’Allemand, l’Anglais et… le Français, toutes ces langues présentes dans l’édition de ce Printemps des Comédiens 2022 témoignent du sentiment de fraternité, de curiosité et d’ouverture des artistes qui nous rejoignent cette année. Oui, pour l’art et les artistes, les frontières existent pour être traversées, les différences sont là pour être partagées, savourées, et les langues diverses sont faites pour être goûtées en version originale.

L’amour, c’est mieux que la guerre ; de même, la culture, c’est mieux que la rupture, les liens étroits qui lient et relient nos pratiques artistiques sont un gage de paix. Il y a un «nous», comme dans tout amour. Le «je» se dépasse et se transcende dans sa confrontation au collectif. L’humanité, c’est cela notre sujet, c’est cela notre combat. Il y a d’autres horizons que l’économie à ce qu’on appelle aujourd’hui la «mondialisation». Et nous voyons aujourd’hui que l’Europe doit dépasser les fonctionnalismes froids pour célébrer les chaleurs de l’humain. C’est tout simplement vital. Des corps qui s’offrent, c’est cela le spectacle vivant. Ce pourrait être anachronique, mais bien au contraire, ces corps se conjuguent aux techniques les plus sophistiquées, aux préoccupations les plus contemporaines et affirment une valeur universelle: la liberté. Il y a une persistance des corps, une résistance de la matière face aux mirages de la dissolution dans des espaces virtuels.

Nous, nous racontons des histoires qui nous représentent, d’Eschyle à Ibsen et de Molière aux nouvelles écritures du plateau, nous sommes «l’espèce fabulatrice», comme le dit la grande autrice canadienne vivant en France Nancy Huston. Inventer un monde, rêver des mondes nouveaux, c’est aussi cela notre propos. A l’échelle d’une troupe comme à l’échelle d’un festival, c’est tout un monde qui se dessine. Tout un monde à l’écoute des bruissements du monde, tout un monde qui dépasse les clivages pour inventer du commun.

Le Printemps des Comédiens, ce n’est pas seulement un mois, c’est toute l’année. La transmission, nous la déclinons en plusieurs dispositifs qui durent et irriguent notre territoire: Printemps des collégiens, Warmup, Campus font résonner les échos du festival auprès de la jeunesse. C’est le rôle du service public, c’est l’idée forte des lois de décentralisation d’après-guerre dont nous sommes issus et que nous sommes heureux de porter.

Nous dédions cette édition à Molière, notre «patron» de 400 ans cette année, à celui qui fut accueilli en Languedoc comme un jeune comédien couvert de dettes et qui devint, au contact de la langue occitane, celui qui allait inventer un nouveau théâtre, plus moderne et plus vrai, dans une langue nouvelle, ce Français que nous connaissons aujourd’hui. Alors cette tradition d’accueil dont nous sommes fiers, nous voulons la perpétuer, la rendre tangible. Entre passé et futur, nous sommes dans un présent où plaisir et pensée se rejoignent et s’allient, pour un festival chercheur et découvreur de pépites, de grâce et de beauté, de pertinence autant que d’impertinence, un creuset qui rassemble le monde entier à Montpellier et en Hérault. »

Jean Varela, Directeur du Printemps des Comédiens

Image: Łukasz Twarkowski « Respublika », Photo DR

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s