« TOUT ÇA NE NOUS RENDRA PAS NOËL », QUAND TINTIN AU CONGO S’INVITE SOUS LE SAPIN

TOUT-CA-NE-NOUS-RENDRA-PAS-NOE_4820209700472025826

Tout ça ne nous rendra pas Noël ou… le Congo ! De Albert Maizel – mise en scène : Nathalie Uffner – Au Théâtre de la Toison d’Or (TTO) à Bruxelles, jusqu’au 15 février 2022 

Allons-nous remuer les eaux qui dorment en voulant établir un parallèle entre le départ forcé de Tidjane Thiam de la direction générale du Crédit Suisse et la belle, brillante et inaccessible banquière, rôle qu’incarne merveilleusement Bwanga Pilipili dans « Tout ça ne nous rendra pas Noël »? Souvenez-vous, les critiques les plus acerbes faisaient cas d’un racisme rampant contre le polytechnicien dont la couleur de peau (noire) semblait faire tache d’huile dans le milieu bancaire helvétique (très sélect), et ce, tout au long de son mandat.

Assurément, la nouvelle création de Albert Maizel est une « bombe » au sens propre du terme, tant elle colle aux récits de nombreuses personnalités afro-descendantes devenues célèbres ou mêmes légendaires, faisant état des difficultés qu’elles ont surmontées : Quoi que tu sois, tu es d’abord ramené(e) à ta couleur de peau …Comprenons-nous, il ne s’agit pas d’une opération de victimisation ou d’autovictimisation.

La colonisation belge est racontée, rappelée, sans condescendance, avec simplicité et intelligence. Une comédie familiale teintée d’humour, oui, mais pas que ! : Le cliché du passé colonial de la Belgique, sujet tabou ?

L’histoire : C’est Noël ! Le décor révèle une belle cuisine, un sapin et la musique traditionnelle qui s’impose pour cette période de fête. Dès les premiers instants, le public sent qu’il va passer un bon moment. Et c’est le cas !

Le couple Odile et Dany se préparent à fêter Noël avec quelques amis et la famille. Jefferson, le fils de Dany, déteste cette soirée. Il n’a aucune envie d’y participer et ce malgré l’insistance de son oncle maternel (drôle et amusant) dont la vie artistique musicale est loin d’être un succès international. Le jeune homme se « fout » royalement de faire plaisir à son père ou sa belle-mère, il a des affaires plus urgentes à régler et compte bien s’y atteler toute la nuit s’il le faut, ! Ce sera sans compter sur l’influence d’une invitée inattendue. Odile espère un dîner sans que personne ne prononce le nom d’Anne, l’ex de son couple et de l’ami de ce dernier convié, lui aussi à la fête. Tout doit se dérouler dans l’entente, la joie et la bonne humeur, quitte à faire semblant. Et pour se faire, Odile a une idée « lumineuse » : placer des cadeaux sous le sapin. Qu’importe la valeur. Ils doivent être anonymes et piochés « au hasard ». L’invitée mystère va faire chambouler ce petit monde alors que « Tintin au Congo » se glisse sous le sapin. Intentionnel ou pas ? En tout cas, autant dire qu’Hergé en prend pour son grade.

Quiproquos, passé familial, rancœurs refoulées aux accents ucclois et marolliens. Un vrai régal, surtout, lorsque l’amour, lui aussi, s’invite ou pas à la fête !

Loin d’être un drame, cette histoire « d’héritage familial et historique » est juste la vraie vie racontée avec humour et subtilité. L’issue vous titille ? À découvrir sans plus attendre au TTO Bruxelles jusqu’au 15 février.

L’auteur/ La mise en scène : « J’ai voulu une pièce qui questionne le poids du passé colonial de la Belgique, tout en étant une comédie familiale ». « Une façon d’affronter, pour mieux le déconstruire, ce passé qui se rappelle à nous comme un héritage familial non désiré, mais néanmoins toujours présent ». Voilà comment souhaite aborder son spectacle, Albert Maizel. Auteur, il est aussi le créateur du Théâtre de la Toison d’Or, avec ses amis : le couple Benyacar, Sylvie Rager et Nathalie Uffner (auteure, comédienne et metteuse en scène). Plusieurs spectacles à son actif, aux sujets engagés (tout comme celui-ci sur le passé colonial) dont l’excellent « Sisters » (co-écrit avec Myriam Leroy et Mehdi Bayad) qui traite de la place des femmes dans les trois grandes religions monothéistes.

Impossible de faire l’impasse sur : La mise en scène de Nathalie Uffner. Les deux artistes (Maizel-Uffner) mettent une nouvelle fois leur talent en avant avec un casting de choix : Odile Matthieu dans le rôle d’Odile justement, qui, entre autres casquettes, est scénariste et metteur en scène ; le jeune Thibault Packeu, talentueux, plus vrai que nature sur scène ; l’excellent Fred Nyssen (trop fort dans le rôle de l’oncle), un plaisir de le retrouver sur les planches, on se souvient de ses rôles dans Cyrano de Bergerac » mis en scène par Jean-Claude Idée ou « Le Tartuffe » par Patrice Kerbat, ou encore lorsqu’il « se glisse dans la peau de Cendrillon » : « Cendrillon, ce macho ! » pour ne citer que ceux-là. Le multidisciplinaire Pierre Lafleur (Dany), comédien, chanteur et j’en passe, premier prix d’Art Dramatique et de Déclamation obtenus au Conservatoire Royal de Liège, et ça se comprend ! Hilarant et plus vrai que nature dans son imitation de petit bourgeois ucclois, Thibaut Nève, licencié en langues et littératures Romanes, premier prix d’art dramatique au conservatoire Royal de Bruxelles en 2003, théâtre, courts-métrages, télévision et auteur.

Et puis il y a Bwanga Pilipili ! (L’invitée inattendue). Diplômée de l’INSAS, cette artiste d’origine congolaise brille sur scène. Impossible de ne pas la remarquer. Naturelle, élégante, raffinée ; le passé colonialiste vu à travers elle prend une autre dimension. La création de Maizel réussit, par sa simple présence, à nous éblouir. Également auteure metteuse en scène, Pilipili est engagée et collabore depuis 2019 au festival artistique et pluridisciplinaire Bruxelles/Africapitales et depuis 2012 anime des rencontres littéraires de l’association Lingeer.

« Tout ça ne nous rendra pas Noël » : à découvrir absolument ! J’y cours et j’en parle autour de moi !

Julia Garlito Y Romo

Comédien/nes : Odile Matthieu / Fred Nyssen / Thibaut Neve / Bwanga Pilipili / Pierre Lafleur / Thibault Packeu – Mise en scène : Nathalie Uffner / Décor : Charly Kleinermann / Costumes : Laurence Van H / Création lumières : Alain Collet / Production : théâtre de la Toison d’Or / Photo : Lou Verschueren

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s