« LA DISPUTE », AGNES REGOLO NOUS REGALE DE SES MARIVAUDAGES

la dispute

« La Dispute » – D’après le texte de Marivaux – Mise en scène Agnès Régolo – Compagnie Du Jour au Lendemain – Théâtre des Halles, Avignon, le 9 novembre 2021

Le propos : « La Dispute » nous offre une intrigue : Qui de L’homme ou de la femme a commis la première infidélité en amour ? Qui a le premier servi de modèle, a donné l’exemple de l’inconstance et de l’infidélité en amour ?

Sur scène, un couple se querelle pour une histoire d’argent ; le désaccord est vif, les propos sont empreints d’une très grande hostilité présumant des tensions sous-jacentes- il est même question de duel au pistolet-. Il est venu réclamer son argent. Elle ne consent à le lui donner. Elle s’affirme contre le pouvoir qu’il est supposé avoir sur elle. Sa défense s’exerce sans concession. A Lui, cette provocation lui plait- un moment de fragilité- faille soudaine dans l’existence d’un homme- il lui refuse le duel, sa mémoire anesthésiée interroge les flèches de l’amour.

Deux filles, Églé et Adine et deux garçons Azor et Mesrin sont élevés dans la forêt, isolés, hors de toute société. Ils ne connaissent que leurs parents. Désormais adultes, les voilà libres. Églé sort de la forêt. Elle découvre son visage, sa silhouette. Elle reconstruit mentalement ce corps qu’elle ne saurait nommer. Ses sens sont aveuglés. Elle se rend compte de la puissance des affects qui l’anime. Elle est dans une espèce d’immersion titillante. Azor apparaît lui aussi dans cet espace. Azor et Églé se découvrent.

Cette rencontre c’est ce qui leur révèle ce qu’ils sont : « nous sommes déjà pareils ». A qui ? A quoi ? A ce dont nous ne savons rien. Il y a là un échange véritable, une égalité :  » moi aussi je le désire, je veux son corps, on est pareil ! « . La venue d’Adine et Mesrin va questionner l’homme et la femme à partir de l’amour, ce que l’homme supporte mal : il faut défaire l’amour pour être capable, un jour, d’aimer lui dit-on. Musique et danse viennent suppléer le manque ; le corps doit exulter, apprendre à aimer, faire naître une passion. N’est-il pas nécessaire d’en rechercher la source ? D’en connaître le pourquoi ?

Extrait :
Églé. Savez-vous parler ?
Azor. Le plaisir de vous voir m’a d’abord ôté la parole
Églé. La personne m’entend, me répond, et si agréablement.
Azor. Vous me ravissez
Églé. Tant mieux
Azor. Vous m’enchantez
Églé. Vous me plaisez aussi
Azor. Alors pourquoi donc me défendez-vous d’avancer ?
…….

Un spectacle joyeux. Les comédiens, animés d’une dynamique entraînante nous régalent pendant plus d’une heure.
Marivaux n’a t’il pas dit : «  l’usage le plus digne qu’on puisse faire de son bonheur, c’est de s’en servir à l’avantage des autres  » .

A voir.

André-Michel Pouly

Distribution : Salim-Eric Abdeljalil, Rosalie Comby, Antoine L’Audet, Kristof Lorion, Edith Mailaender, Catherine Monin – Complicité chorégraphique : Georges Appaix – Lumières et scénographie : Erick Priano – Costumes : Christian Burle – Musique : Guillaume Saurel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s