« LE VISITEUR », FREUD EN SON TROUBLE

le-visiteur-theatre-de-la-rive-gauche-eric-emmanuel-schmitt

Le visiteur – mes Johanna Boyé – Au théâtre Rive-Gauche, Paris, jusqu’au 17 décembre 2021

Qui est ce visiteur habillé comme un dandy ? D’où vient il ? Que cherche t’il ? Pourquoi trouble t’il autant Freud… Voilà l’ensemble des questions qui vont assaillir le célèbre docteur Sigmund Freud à Vienne, un soir de 1938 (l’Anschluss a été déclarée il y a peu) alors que sa fille Anna vient d’être emmenée par la Gestapo. A plusieurs reprises, Freud va changer d’avis concernant ce visiteur : d’abord c’est un fou qui a besoin de ses soins. Puis, même s’il est athée, il va aussi penser que c’est peut être Dieu lui même.

Il faut dire que tout est fait pour rendre cette visite impromptue totalement ambiguë. Le spectateur pourra lui même se prendre au jeu de se convaincre sur la nature du Visiteur s’il a des doutes comme le docteur, mais il appréciera aussi de voir Freud douter à cause de cet homme qui remue ses convictions intimes.

Voilà l’histoire du « Visiteur » d’Eric-Emmanuel Schmitt ! Cette histoire découverte en 1993 au Théâtre de Paris et qui fut une véritable révélation et le début d’un amour du théâtre qui ne s’est toujours pas éteint. Quel plaisir de la redécouvrir sur la scène du théâtre Rive-Gauche !

Le visiteur est incarné par l’inimitable Franck Desmedt, roi (pour ne pas dire dieu) de l’ambiguïté et c’est un plaisir de le voir évoluer autour de Freud en ébranlant ses convictions. C’est Sam Karmann qui endosse le rôle du docteur Freud qui non content d’être inquiet pour sa fille fraichement arrêtée par un SS, doit faire face à cet étrange individu qui le met face à ses doutes les plus intimes. Katia Ghanty est la fille Anna du célèbre docteur, elle est fière et audacieuse face à l’oppressant Maxime de Toledo, le SS qui harcèle la famille Freud. Les quatre comédiens sont superbes et on est happé par cette histoire ‘fantastique’.

La mise en scène réaliste de Johanna Boyé, le joli décor d’un intérieur viennois de Camille Duchemin et le travail très soigné des lumières de Cyril Manetta complètent cet ensemble pour donner une pièce incontournable pour cette rentrée théâtrale.

Valérie Leah

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s