« KINGDOM », AU COEUR DE LA TAÏGA AVEC ANNE-CECILE VANDALEM

kingdom3

« Kingdom » – Texte et mise en scène : Anne-Cécile Vandalem – Théâtre de Liège – Du 24 septembre au 1er octobre 2021

Nous voilà plongés au cœur de la taïga en Sibérie orientale. Un lieu de nature charmant, une rivière, une forêt avenante, des isbas coquettes et douillettes et… une clôture de séparation avec une zone obscure, mystérieuse.

Une famille qui a fui l’Europe et une vie sans avenir est venue s’installer dans ce cadre idyllique qui sera sans aucun doute un lieu d’épanouissement pour les enfants, un royaume pour cette famille en quête d’une nouvelle vie. Mais la nature est hostile et au-delà de cette clôture vivent des cousins, des ennemis inquiétants, malfaisants, qui ont sans doute tué le chien. Mais d’où vient cette animosité, cette méfiance ? On ne sait pas trop, il s’agit d’histoires anciennes, de rancœur accumulée de longue date, d’une ignorance de l’autre et d’un refus presque génétique de savoir qui est l’autre. Que se passe-t-il derrière cette clôture ? La réalité n’intéresse pas. On échafaude sa propre réalité sur des hypothèses et des convictions délétères ruminées depuis des générations.

Mais tous ces problèmes sont des histoires d’adultes qui ont cristallisé avec le temps leurs phobies, leurs névroses. Les enfants, dans leur fraîcheur et leur candeur ne comprennent pas. Il leur appartiendra de créer leur monde nouveau, de tisser de nouveaux liens, d’inventer leur avenir.

Cette histoire est celle d’un échec, d’un rêve rousseauiste qui se heurte aux réalités et à la dureté de la nature, à des cousins hostiles, à des braconniers inquiétants. Un rêve qui se heurte aux constantes humaines que l’on retrouvera toujours, de tout temps et même à l’autre bout du monde, où que l’on aille.

La scénographie repose sur un principe cher à Anne-Cécile Vandalem qui présente cette histoire comme un documentaire filmé. Les acteurs s’adressent à la caméra et par conséquent au public au travers d’un écran géant. Un procédé peut-être un peu trop envahissant qui nous éloigne physiquement des acteurs mais que l’on pardonne volontiers dans la mesure où il nous immerge au plus profond de l’intimité des personnages par des images délicates, de magnifiques visages d’enfants et de scènes domestiques aux éclairages recherchés parfois dignes de Vermeer.

La mise ne scène et en particulier le remarquable accompagnement sonore et musical de Vincent Cahay et Pierre Kisling créent tout au long de la pièce une tension permanente, une inquiétude et une angoisse oppressantes, une atmosphère qui en dit plus que les mots.

On retiendra l’interprétation émouvante et nuancée de l’ensemble des acteurs et en particulier celle des quatre enfants qui ne semblent pas interpréter un rôle, qui vivent naturellement leur vie d’enfant avec fraîcheur et spontanéité, à l’instar des deux chiens – Ice et Oméga – qui vivent sans contraintes leur vie de chien sur scène. Il reste comme une impression de ne pas être au théâtre et d’observer comme par magie cette famille vivre sa vie et ses tourments dans un coin désolé de Sibérie.

Après avoir présenté « Tristesses » et « Arctique » aux festivals d’Avignon 2016 et 2018, Anne-Cécile Vandalem conclut ainsi avec « Kingdom » une trilogie sur un monde moribond et les échecs de l’humanité. Mais cette sombre vision de l’avenir ne nous convainc pas vraiment. On retient surtout au sortir du spectacle les regards lumineux et pleins de vie de ces enfants qui ont ce nouveau monde que tout le monde attend entre leurs mains.

Jean-Louis Blanc

Vu au 75e Festival d’Avignon en juillet 2021

Prochaines dates :
Bruxelles : Du jeu. 07/10/21 au jeu. 14/10/21 – Théâtre National Wallonie-Bruxelles
Lille : Du mar. 19/10/21 au ven. 22/10/21 – Théâtre du Nord
Tournai : Du mer. 27/10/21 au jeu. 28/10/21 – Maison de la Culture de Tournai
Angers : Du mar. 09/11/21 au ven. 12/11/21 – Le Quai – CDN Angers Pays de la Loire
Lorient : Du jeu. 18/11/21 au ven. 19/11/21 – Théâtre de Lorient
Namur : Du jeu. 20/01/22 au sam. 22/01/22 – Théâtre de Namur

Image : KINGDOM, Anne-Cécile Vandalem, 2021 © Christophe Raynaud de Lage / Festival d’Avignon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s