« VOCATION » : « FAIRE » OU NE PAS « FAIRE » DU THEÂTRE

vocation_i-sebastien-agnetti

CRITIQUE. «Vocation» d’Emilie Charriot – Au théâtre de Vidy-Lausanne du 22 avril au 2 mai 2021

Inclination, passion, goût? Qu’est-ce qui définit une vocation? Qu’est-ce qui fait que l’on se sent appelé par une voie particulière dans notre existence?

C’est le thème qu’a choisi d’explorer Emilie Charriot, conviant Pierre Mifsud, comédien établi et reconnu d’une cinquantaine d’années, et Nora Kramer, comédienne adolescente. Un écart d’âge intéressant autant du point de vue du langage que de l’expérience de vie de chacun d’eux.

Avec en introduction le bout d’essai de Jean-Pierre Léaud filmé par Truffaut, la route semble toute tracée pour ce jeune acteur. Comme une évidence qui s’impose. Mais en est-il toujours ainsi?

C’est d’abord avec le langage corporel que le comédien Pierre Mifsud exprime les hésitations, les incertitudes et les errances qui détermineront la direction que va prendre sa vie. Une chorégraphie faite d’effleurements, de gestes ébauchés, de détours et de volte-face, qui commence timidement et se termine avec résolution.

Ces gestes-là seront repris tout au long du monologue qui fait suite. Loin d’entendre les voix impérieuses qui ont guidé certains élus, pour lui les chemins qui s’offraient auraient pu être multiples. Ce sont tous ces possibles qui l’interrogent: «J’aurais pu faire…»… vertigineuse abondance d’itinéraires! «Alors j’ai fait du théâtre». Ce monde est sans réelles cloisons, nous nous les inventons.

La jeune comédienne Nora Kramer, elle, se demande s’il est possible «d’être nulle» tout étant portée par une vocation. La mort n’est rien, c’est la vie même qui l’intéresse, l’instant présent. Sa destinée, elle l’imagine en listant des projets avec gourmandise, sans crainte de l’imprévu, l’attendant avec assurance! Faire du théâtre sans pour autant aimer le regard des autres sur soi-même, ce pourrait être ça, avoir une vocation.

Un très beau moment donc en compagnie de ce singulier duo théâtral, qui livre avec tendresse et humour, grâce et fantaisie, ce texte élaboré avec le matériau issu de leurs ressentis intimes.

C’est une chanson en espagnol, aussi mélancolique que triomphante, interprétée par Marina Rossell

Culturieuse,
à Lausanne

Photo Sébastien Agnetti – Vidy Lausanne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s