BRUXELLES : A L’ESPACE MAGH, « OUVRIR LE CHAMP DES POSSIBLES »

Bruxelles, correspondance.

CRITIQUE. « La saison a commencé à l’Espace Magh » – Soirée de présentation et vernissage – 24/09/20 au Centre culturel Espace Magh – rue du Poinçon 17 à 1000 Bruxelles – Présentation de la programmation par la Directrice Caroline Safarian – en présence de plusieurs artistes. Fin septembre 2020 à janvier 2021 – Aperçu de la deuxième saison 2021.

« La culture est l’expression du vivant. Sans culture, pas d’horizon ! » C’est ainsi que Caroline Safarian, Directrice du Centre culturel Espace Magh depuis près d’un an, ouvre la saison. Enfin ! pourrait-on dire après cette longue pause forcée due au COVID.

Une programmation intéressante qui « ouvre le champ des possibles » nous dit Caroline Safarian, avec non seulement la culture maghrébine (spécialité de l’Espace Magh) en prime des sujets sur les questions minoritaires. L’équipe du Magh a « ré enchanté le monde ensemble », poursuit la Directrice.

Exposition, arts de la scène, musique avec des concerts toutes couleurs confondues sont à l’affiche cette saison. Ainsi « Les grandes figures du Maghreb, passé-composé », dont le vernissage a eu lieu le 24 septembre, est une proposition stupéfiante de l’artiste Tunisienne diplômée en art visuel de La Cambre à Bruxelles, Ichraf Narsi. À travers les portraits de comédiens et écrivains belges d’origine maghrébine, la photographe propose le défi d’interpréter les grandes figures du Maghreb effacées en partie par la colonisation. Le choix des comédiens n’est d’ailleurs pas anodin, puisqu’ils ont contribué à lutter contre cette colonisation justement. Une technique étonnante qui jongle entre la photographie et la peinture. Quelle est le réel derrière ces portraits ? À découvrir jusqu’au 30/10/20.

Autre originalité proposée par l’Espace Magh, le « Festival origin’aléas » (du 8/10/20 au 31/10/20), une réflexion sur les identités multiples (sociales, de genre, biodiversité, l’autre altérité, complexités, etc.,). Faire le choix de la rencontre, voilà l’objectif. Ouverture, épanouissement, cohabitation intérieure, sentir avec le corps avec « Répercussions ID » ; ou lorsqu’on nous demande de penser, de réfléchir à propos des identités justement : « La ville sans juifs » ; « Cerise sur le Ghetto », « Métamorphoses », « Legs : « suite », « L’expérience contre pi » et « La nature contre nature ». Autant de diversités que ce Festival tentera de déployer à travers plusieurs spectacles en passant parles mots liés au mouvement et à la musique. Simplement: partage !

Une autre particularité s’invite également au programme : le Ciné-concert avec un sujet poignant : l’antisémitisme dans les années 20.

Toujours dans le cadre du Festival origin’aléas pour le spectacle : « Jeune homme, je te l’ordonne, lève-toi », l’Espace Magh ouvre ses portes gratuitement. À voir le 20/10/20 à 19h00. Réservation souhaitée. Texte et mise en scène de Meissoune Majri avec Audric Chapus et Nicolas Payer.

Mais encore « L’expérience PI », le 20/10/20 à 20h30 est une nouvelle forme de théâtre-musical ; une présentation de saison pour les écoles et les associations ; une conférence-spectacle sur « La nature contre-nature (tout contre) » ; musique avec « le mois des femmes qui montrent la voie », plusieurs artistes chanteuses et musiciennes toutes aussi intéressantes les unes que les autres et dont la liste est longue, danseurs et danseuses, comédies musicales.

Après cette impressionnante présentation, Caroline Safarian, nous a fait rêver avec un aperçu de la deuxième saison, notamment avec l’excellentissime spectacle « Moutoufs » de Jasmina Douieb, qui nous revient pour notre plus grand plaisir (Souvenez-vous : https://lebruitduofftribune.com/2018/03/12/moutoufs-remonter-la-riviere-du-pays-de-la-fleur-doranger/ ). Mais aussi, la chanteuse nigérienne Neyssatou ; le Festival des Féminins avec, entre autres, une référence à la légende d’Aïsha Kandisha, personnage mythique très connue au Maroc. Dominique Bela avec son excellent seul en scène « Le Chef est Chef même en caleçon » qui retrace son parcours depuis l’Afrique jusqu’à la Belgique. Une histoire vraie racontée avec un certain humour et beaucoup d’émotion (25, 26 et 27/03/21). Et, très particulier mais pas moins intéressant, un spectacle sur la maladie psychique ; des spectacles rencontres et interactifs avec des jeunes à travers des spectacles musicaux : « La fugue » ou encore « Mon fils, ce démon » de Jamal, une réflexion sur le terrorisme et le vécu des parents, une réflexion sur la culpabilité.

Pour la clôture de la soirée se sont Olivier Maniant et Sébastien Derock qui ont amusé le public avec « Tous cousins » mis en scène par Louis Spagna. Un spectacle tout public à partir de 8 ans. La scène se déroule dans un bar entre deux cousins. Un duo « circomusiclownesque frais et poétique » nous raconte la Directrice, le cirque s’invite sur scène.

Programme complet à découvrir sur le site : http://www.espacemagh.be

L’Espace Magh, J’y vais, et je m’y intéresse de près !

Julia Garlito Y Romo
à Bruxelles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s