« LE CONDOR », DE L’ENGAGEMENT DU THEÂTRE

 

Le-Condor

CRITIQUE. Le Condor ( I & II ) – Cie Hesperos – Texte et mise en scène : Nicolas Rochette. – Avec : Etienne Delfini-Michel – Théâtre transversal, Avignon – Le 6 février 20 h.

Le propos : Un artiste avant-gardiste achève sa performance de < théâtre hyper-inter-actif>. Chef de file du mouvement, prophète des Arts de la Scène, il rencontre son public pour expliquer son œuvre et échoue.
Pour quelle raison fait-il du théâtre ?
Le théâtre devrait-il encore exister ?
Si l’artiste, le comédien a un impact sur le public, est-ce suffisant ?
L’artiste ne veut-il pas plus ?
Politicien ? Prédicateur ? Activiste ?

L’entrée en scène est le moment où l’acteur est là, corps présent ; puis la pulsion invoquante : la parole, somme <l’Autre> d’être là. Certes, il y a le texte peaufiné aux petits oignons par Nicolas Rochette et interprété par Étienne Delfini-Michel – un air entre deux airs de Buster Keaton/Marty Feldman. Gageure de rendre compte de l’engagement de l’acteur, du comédien ; le condor, oiseau charognard vole haut, très haut.

Cette tension entre l’excès et le vide nous apparaît comme inhérente à l’acte créateur. La séparation de l’auteur et de son personnage ne se fait-elle pas sur la ligne de l’interprétation ? C’est une inspiration, ou alors c’est un rapport différent avec le public, plus politique. Quand à savoir pourquoi écrit-on ! N’est-ce pas parce que le réel ne suffit pas ?

Le théâtre n’est pas que le texte, qui est aussi le théâtre des rêveries, qui est aussi la place faite à l’imaginaire du public.
La suspension par la rêverie, la fiction, n’est-ce pas ça le théâtre ?
Le théâtre c’est une salle de jeu. On y vit des moments, on donne naissance à une sorte d’illusion.
La rêverie ne permet-elle pas de se dédouaner ?

Et vous ! Qu’en pensez-vous ?

La quête humaine de sens ne finit elle pas, trop souvent, par une succession de sacrifices ?

André Michel Pouly

Répondre, Répondre à tous ou Transférer

Une réflexion au sujet de « « LE CONDOR », DE L’ENGAGEMENT DU THEÂTRE »

  1. Rochette ? Un canadien çà, Christ Tabernacle.. un article profond de sens, qui nous fait chercher le sens du théâtre, ou plutôt l’utilité du théâtre! Et par là, de l’acteur..Et nous, spectateurs « érudits », étonnés, qui sommes-nous? Que voyons-nous de ce qui se joue? Le réel? Le rêve? comme l’écrit l’auteur de l’article.. Bon, je dois aller voir cette pièce… pour mieux comprendre ce qui se joue.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s