LES 50 ANS DU TOURSKY, UN THEÂTRE EN LUTTE

Théâtre-Toursky

POLITIQUE CULTURELLE. A Marseille, le Toursky : un théâtre en lutte

Pour son 50ème anniversaire, le Théâtre Toursky est entré en résistance active contre la politique culturelle de la Ville de Marseille qui, au lieu de le soutenir davantage comme le maire Jean-Claude Gaudin l’avait publiquement annoncé, ne cesse depuis de réduire de façon drastique le montant de la subvention qui lui est allouée.

Déjà, le 11 mars 1981, son directeur et fondateur, le très combatif Richard Martin, avait déjà entamé une grève de la faim pour protester contre l’absence de subvention de la part du ministère de tutelle. Pour donner un aspect spectaculaire à son action, il s’était alors fait suspendre par des cordes le long de la façade du théâtre, à plusieurs mètres de hauteur, et c’est assis dans une sorte de nacelle qu’il avait poursuivi son mouvement de protestation.

Le 11 septembre dernier, le maire de Marseille, en présence de Mme d’Estiennes d’Orves, adjointe à la culture, s’était engagé à le recevoir avant la fin du mois d’octobre. Comme sœur Anne ne voyant rien venir, et constatant par conséquent que le premier magistrat de la Ville ne tenait pas ses engagements, Richard Marin et cinq de ses compagnons tinrent quant à eux les leurs en entamant une nouvelle grève de la faim le samedi 16 novembre à partir de minuit.
Quatre jours après, le maire décida de le revoir. Ses services proposèrent au directeur du théâtre une rencontre le vendredi 22 novembre.

Richard Martin avait prévenu qu’il ne satisferait plus de promesses orales. Ces dernières devaient être actées à la fois pour l’année 2019 mais aussi pérennisées pour l’année 2020 et concrétisées par un vote lors du prochain conseil municipal.

N’ayant pas obtenu ce qu’il était venu chercher, il a donc décidé de poursuivre sa grève avec ses cinq « compagnons de régime ».

L’avenir du Théâtre Toursky est en jeu. Les engagements promis par le maire sont vitaux pour sa survie. D’où son entrée en résistance sous la conduite de son directeur historique, ardent défenseur du théâtre pour tous.

Le travail qu’il y a accompli depuis un demi siècle, et qui a fortement impacté la ville de Marseille et la région, donne à penser que cette phrase de Jean Vilar est toujours vivace : « Le théâtre est une nourriture aussi indispensable à la vie que le pain et le vin ».

Le théâtre est donc, au premier chef, un service public. Si le théâtre Toursky est un théâtre privé, ce que fait Richard Martin, son énergie, son courage, la vitalité de sa programmation, les actions qu’il mène, sont dignes du service public.

Ce qui explique l’ampleur du mouvement de soutien qui arrive de tout le pays et qui prendra certainement une autre dimension, compte tenu du climat social qui ne cesse de se dégrader.

André Baudin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s