« FAUSSE NOTE » : MAESTROSO

faussenote1

CRITIQUE. « Fausse note », écrit par Didier Caron, mis en scène par Didier Caron et Christophe Luthringer, assistés par Bénédicte Bailby, avec Pierre Deny et Pierre Azema. Au théâtre de la Contrescarpe du mercredi au samedi à 21h jusqu’au 4 janvier 2020.

« Fausse note » est un spectacle remarquable. Didier Caron et Christophe Luthringer ont trouvé ce point de bascule indéfinissable, qui place une œuvre à l’endroit juste, où l’émotion, le rythme, le texte, le jeu et l’espace scénique se rencontrent exactement, et fusionnent par un phénomène de l’ordre de l’attraction, de la gravité, voire de la nécessité. C’est un travail d’horloger : le dispositif est si parfaitement pensé que le mécanisme théâtral, qu’on prête souvent au mystère, s’enclenche, et pas seulement par magie. Didier Caron entendait proposer une « nouvelle version, plus poignante, plus juste, exactement ce que je cherchais et que je n’avais pas encore trouvé. » Qu’on ait ou non assisté à cette progression dans le processus de création, on assiste à la Contrescarpe à un accomplissement, au sens glorieux non plus de l’éclosion, mais de la maturité.

« Fausse note » propose une synthèse impeccable des dispositifs théâtraux, sans prétention, sans provocation, sans exagération des formes. Moderne sans verser à outrance dans la contemporanéité, sorte d’œuvre « semi-bourgeoise » à mi-chemin entre le divertissement et une démarche esthétique populaire au sens anobli par Vilar et Barthes, la pièce ne boude aucun des plaisirs d’aucun des publics. C’est un petit exploit.

J’ai rapidement lâché mon calepin et mon crayon, et, chose rare, je n’ai plus vu des acteurs jouer, j’ai cessé d’adhérer à un décor, d’épier les astuces scénographiques, d’apprécier les effets lumineux, et j’ai passé un de ces moments de gaieté théâtrale à me laisser surprendre et embarquer, séduite et confiante. La dramaturgie repose sur l’effet de surprise, le rebondissement, et le suspense. C’est pourquoi il faut éviter d’être un spectateur averti.

Le rythme, crescendo, n’essouffle ni les comédiens, ni le texte, ni un public haletant et avide. La tension est sensible, parfaitement entretenue par Pierre Deny et Pierre Azema. Ils forment un duo qui doit tenir d’une complicité plus que professionnelle. Les passes d’arme oratoires sont comme chorégraphiées : « Fausse note » est de ces textes pensés comme des partitions, qui jouissent de cette force musicale qui sous-tend l’élan dramaturgique en lui prêtant la balance des andante et des allegro, et en garantissant la mélodie des dissonances.

Se rendre à la Contrescarpe à 21h un mercredi, jeudi, vendredi ou samedi, c’est l’occasion de vous offrir, pendant une heure et demie, le confort bien rare du lâcher prise. Il n’y a pas la moindre raison de résister aux invitations de Didier Caron, Christophe Luthringer et de leurs deux Pierre de comédiens. Laissez-vous porter.

C’est même l’occasion, et c’est moi qui vous y invite, d’emmener cette personne de votre entourage qui résiste encore au genre théâtral ; qui en a un souvenir scolaire douloureux ; qui en a une idée à la fois trop classieuse et trop artificielle. « Fausse note » est une création populaire, accessible, simple et qui fait de la sobriété de sa mise en scène un parti pris d’élégance -ce qui n’est l’apanage ni de l’érudition, ni de la complexité, ni d’aucune forme d’élitisme. Bien au contraire.

Marguerite Dornier

Photo copyright Fabienne Rappeneau

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s