« LES JUSTES » ? AU CHÂTELET, « EXTINCTION REBELLION » FACE À ABD AL MALIK…

extinction_rebellion_chatelet_sipa

REPORTAGE. EXTINCTION REBELLION AU CHÂTELET – « Les Justes » – d’après Albert Camus, mes Abd Al Malik – au Théâtre du Châtelet du 11 au 19 octobre 2019. 

Au Châtelet se donne dès le 11 octobre “Les Justes “ de Camus, tragédie musicale mise en scène par Abd Al Malik. Avec des chants, du rap, de la musique. « Les Justes » raconte l’histoire de militants qui sacrifieront leur vie à leur cause..

Cette même place du Châtelet accueille depuis lundi 7 octobre d’autres « justes ». Ceux de « Extinction Rebellion ». En trois jours ils ont su occuper la place pacifiquement, avec une organisation béton, des Ag 3 fois par jours, de la distribution gratuite de nourriture, des infos sur leur mouvement, des formations de toutes sorte . Ils ont installé une Zad place du Chatelet. Ils ont tirés les enseignements de nuit debout et de la Zad de notre dame des Landes. On y rencontre le même mode d’action consensuel, un refus total de la violence, ouverture et bienveillance. Des revendications claire, la convergence des luttes doit passer par la case climat. L’écologie est aussi sociale. Mais d’où viennent-ils ces jeunes (moyenne d’âge 25 ans) pour faire preuve de tant d’intelligence, de tenacite de sens de la tactique et des responsabilités. Pour avoir réussi à séduire Anne Hidalgo, le Théâtre du Châtelet et les forces de l’ordre ? Ils sont loins les lanceurs de lbd et les arracheurs de mains…

Peut être est ce l’internationalité du mouvement qui les sauve ? Ou la proximité d’un leader écologiste venu conférencier à Paris. Macron voudrait rester clean…sa réputation serait en jeu, on n’y croit pas vraiment.

Lorsque j’arrive au camion média pour recharger mon portable, je rencontre Emmanuel de la Drome, hier j’ai fait un atelier d’écriture avec Alice, une Suisse. J’ai distribué des tonnes de compote de coing avec des fruits secs pour tenir le coup dans le froid avec Clothilde fondatrice de XR Brest, Nico et Guy de la logistique sont aussi bretons. De Parisiens, pas énormément dans les organisateurs. Pourtant ils sont très bien connectés avec le milieu parisien, nombreuses bases arrières, cuisine dans le nord de Paris.

Il est minuit, Emmanuel vient de ramener sa grand mère, militante de toutes les heures, chez elle à Montreuil. Les « gilets jaunes », comme convenu en concertation avec les membres de XR construisent une cabane sur la place, puis très vite des chants avinés et un peu vindicatifs montent, ce n’est pas le genre de la maison XR ou ceux qui boivent sont priés d’aller le faire ailleurs. Et ça tranche avec l’ambiance paisible et bon enfant du lieu, au point que derrière les barrières de barrage, installées hier par les gendarmes, nul flic n’est à l’horizon et que celles-ci ont été déplacées pour que personne ne les escaladent. Une AG spontanée se monte d’abord en comité reduit puis le groupe s’étoffe.

Et commence le débat, la confrontation avec les « gilets jaunes » venus négocier un changement de tactique . “XR C’est des anglais, nous on est en France, XR France doit changer son ADN”. Une négociation au marteau piqueur.

Il faut des doses de diplomatie et de fermeté pour que la « convergence de luttes » puisse avoir lieu. Mais aura t’elle lieu ? Le groupe leader de XR est partagé, certains voient d’un mauvais œil l’occupation de la place ne garder que son côté festif, la subvention étant sortie par la petite porte. Ils sentent que le moment est venu de partir et leur vocation n’est pas de donner des idées pour une future « Nuit blanche » à Anne Hidalgo.

D’autres au contraire veulent rester occuper le lieu réaliser la jonction avec les « gilets jaunes ». En laissant à la providence le soin de trouver de nouvelles recrues pour faire respecter l’esprit de l’occupation. Car eux ont besoin de repos. De forces neuves. Il est une heure et demie du matin. Je saute dans un noctilien, la nuit est paisible et fraîche, quelques nuages traversent le ciel masquant par endroit le disque de lune qui brille intensément.

En partant je regarde les slogans de XR détournés par les « gilets jaunes » qui sembleraient être une faction alliée des « black blocks » aimant en découdre. A la place de Extinction Rebellion le panneau indique Extinction Inssurection. EI.

Demain est un autre jour.

Claire Denieul

extinction gilets jaunes

Images SIPA, Claire Denieul

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s