UN « JULES CÉSAR » BLAFARD À LA COMÉDIE FRANÇAISE

JULES CESAR -

CRITIQUE. « Jules César » de William Shakespeare, adapté et mis en scène par Rodolphe Dana – au théâtre du Vieux Colombier – du 20 septembre au 3 novembre 2019 – Durée 2H.    

La pièce était pourtant prometteuse. Dans Jules César, Shakespeare, revient sur la conspiration politique qui a conduit à l’assassinat de Jules César et la guerre civile qu’il provoqua, opposant les troupes de Marc Antoine et Octave à celles de Cassius et Brutus. Le célèbre dramaturge décide de l’aborder sous un angle singulier en s’attardant sur la psychologie des personnages, plaçant le fait historique sous un angle humain. Personnage mythique, complot politique, langue shakespearienne, condensé historique, rapports de force complexes, il y avait matière à jouer, à nous emporter, à éclairer notre monde. C’est malheureusement une version bien fade que nous propose Rodolphe Dana au Vieux Colombier. On en ressort perplexe sans avoir saisi où le metteur en scène voulait nous emmener, en se demandant même, si les comédiens qui, malgré tout leur talent, paraissaient se débattre dans cette partition, l’ont, eux-mêmes, compris.

Tout au long du spectacle, c’est un sentiment de manque qui nous envahit. Les situations manquent de tension, les personnages manquent de chair, le plateau manque d’habillage (décor ou lumière) et d’espace, la mise en scène manque d’une vision éclairante… Le metteur en scène, semble s’être contenté de semer quelques partis pris scéniques en les laissant en pâture aux comédiens et au public pour voir quel effet cela pourrait produire dans le temps de la représentation. Ou plus précisément, Rodolphe Dana semble avoir voulu se dégager de tout mais sans ouvrir sur une dimension nouvelle.

… Exit le décor, les costumes d’époque : la scénographie se veut minimaliste pour laisser place au texte et n’inscrire le propos dans aucune époque particulière. Exit le quatrième mur : le dispositif bifrontal place le public au cœur du peuple romain. Exit la virilité des personnages, Jules César, Cassius, Marc Antoine, grandes figures masculines de la pièce sont jouées par des femmes. Exit la théâtralité : Le jeu se veut naturel pour souligner la part intime des personnages.

Le problème c’est que la combinaison ne prend pas et qu’il ne se produit pas grand-chose. Faute d’engagement d’ensemble, cet effeuillage tend à affadir le propos de la pièce. La tension politique perd de sa substance et peine à nous emporter dans son tourbillon. Les personnages nous apparaissent bien ordinaires pour convaincre. Jules César ; malgré toute la prestance de Martine Chevallier, se révèle bien trop sage pour figurer l’empereur romain craint par ses pairs ; Brutus, joué avec sincérité par Nâzim Boudjenah, se présente comme un conspirateur par trop pleurnichard pour que nous puissions en saisir l’ambivalence ; Cassius, interprété par Clothilde de Bayser, se cherche plus en force qu’en puissance; Marc Antoine, incarné par Georgia Scalliet, constamment sur la corde sensible, manque de grandeur pour être à la hauteur de celui qui défia les assassins…. Nous aussi, public, passons à côté du rôle qui nous a été donné dans ce dispositif bifrontal.

Avachis dans nos fauteuils, le regard égaré et fatigué, nous ne sommes pas crédibles en foule romaine supposée en liesse ou en furie par ce qui se joue sur la scène politique. Et que dire, des séquences clefs de la pièce comme l’assassinat de Jules César et la confrontation, par discours interposé, entre Brutus et Marc Antoine. Étriquées dans des gestes trop petits, trop quotidiens, elles en deviennent anodines et tombent à plat. Le Jules César de Shakespeare se voit déshabillé de toute théâtralité sans proposition nouvelle pour le sublimer. Rien de grand, de fort ne vient nous percuter. L’effet est manqué.

Il y a tellement à voir, à la Comédie Française comme ailleurs, nul besoin de vous y attarder.

Marie Velter

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s