« BONS SONS » : PLUS QU’UN FESTIVAL MUSICAL, UN EXEMPLE A SUIVRE !

Bons-Sons

Cem Soldos (Portugal), envoyée spéciale.

CRITIQUE. Retour sur le Festival « Bons Sons » – 10è édition, treizième année – Directeur artistique : Luίs Ferreira – 09 au 11 août 2019, Cem Soldos (Tomar / Madalena (Santarém District) – Portugal)

« Festival BONS SONS, un espace informel où la culture se réconcilie avec le lieu » (Luίs Ferreira)

Imaginez un petit village situé dans la Municipalité de Tomar, proche de Madalena. Un village qui souhaite s’affirmer : « Nous faisons tout pour être un village » nous dit Luίs Ferreira, Directeur artistique. Mais un village pas comme les autres, puisqu’il a prouvé qu’il peut être grand en dépit de sa petitesse. Que la culture n’a pas de frontière, la preuve que l’on peut aller de l’avant, qu’elle est l’essence même de la vie et de l’ouverture d’esprit et ce, en célébrant chaque année le meilleur de la musique portugaise dans toutes ses versions, sous toutes ses coutures, mais pas seulement.

Tout commence il y a treize ans. Le village souffre de la crise, a un taux de chômage élevé et voit sa jeunesse émigrer vers d’autres horizons à la recherche d’une vie meilleure. Le nombre d’habitants diminue de jour en jour. C’est alors que Luίs Ferreira, designer de profession, devient directeur d’un projet culturel. Il a l’idée de créer un Festival de musique, mais de musique… portugaise ! À l’époque, il fait les frais de moqueries et de scepticisme : « Il y a treize ans, explique Luίs, il était ridicule d’organiser un festival uniquement de musique portugaise ». Mais voilà, il parie sur son projet, et ça marche ! Les premières années, le Festival se fait une année sur deux et, le succès aidant, il devient annuel (d’où les dix éditions) axé totalement sur la culture portugaise. Au diable les préjugés, le village entier collabore bénévolement à l’organisation.

Aujourd’hui, CEM SOLDOS a près de 1000 habitants, l’école a désormais plus d’élèves, 6 fois plus que dans le passé. Certains viennent même de la ville de Tomar, entre autres. Le village s’est repeuplé, au-delà de toute attente. Le développement socio-économico-culturel ne cesse de s’y développer, allant même jusqu’à donner l’exemple à d’autres villes et villages qui s’y attèlent aujourd’hui. Un développement durable, explique Ferreira, avec la création de nouvelles dynamiques dans toute la région et même un projet écologique. Luίs Ferreira souhaite aller plus loin en « continuant à moderniser l’internationalisation de la musique portugaise, en y impliquant des programmes culturels forts et diversifiés, et les journalistes internationaux afin de contribuer à ce que CEM SOLDOS devienne un village contemporain par excellence.

Dans ce sens, c’est la première fois que des personnes seront rémunérées pour que le projet se développe au-delà des frontières, explique la journaliste Mafalda Frade (journaliste de Porto), en charge, notamment de l’accueil des membres de la profession. Elle est un guide extraordinaire et enthousiaste. Elle nous explique que le village accueille près de 10.000 personnes par jour durant le Festival. Le succès était déjà tel en 2018, qu’il a fallu voir à la baisse le nombre de billets à la vente cette année, pour éviter un trop plein de monde ou un débordement incontrôlable pour la population locale. Cette fois-ci, nous dit Mafalda, une enceinte a été installée autour du village entier pour le délimiter et fermer l’accès en dehors des entrées pour le Festival. Les différentes scènes ont été dispersées sur différentes places, rues, églises et même des garages et des moulins, afin de permettre aux visiteurs d’avoir une vue d’ensemble sur CEM SOLDOS. Un genre de visite guidée en somme, permettant finalement d’ouvrir le lieu à un futur tourisme de ce village qui a su conserver un « véritable esprit communautaire en préservant les traditions qui font désormais partie intégrante du présent ». Ainsi d’autres fêtes sont à l’affiche durant le reste de l’année.

Des concerts hauts en couleur et forcement en « Bons Sons ». Une plate-forme pour la diffusion de la musique portugaise.

Sur les dix scènes durant les 4 jours que dure le Festival, les artistes en tout genre vont se succéder. Certains groupes musicaux invités au Festival (parfois chaque année) créent un nouveau tube spécialement pour le BONS SONS, des groupes fusionnent entre eux rien que pour l’occasion. Musique traditionnelle, classique, rock, électro et bien d’autres genres ont pu être appréciés. Autant dire qu’il y en avait pour tous les goûts (voir la liste : (*).

Mais le Festival c’est aussi des interviews, des parcours ludiques et des jeux pour enfants et adultes ; de la poésie ; de l’artisanat ; la gastronomie riche et variée ; la découverte du village tout entier, le but étant de tout savoir sur CEM SOLDOS, ses traditions et ses environs. Pour se faire, les magasins, les maisons, les cours et les jardins de tous les habitants sont ouverts afin de recevoir tous les visiteurs. Un accueil chaleureux, amusant et multiculturels, puisque cette année, le Festival s’est voulu International et a invité des journalistes de divers pays.

«Uma Aldeia em Manifesto»: une initiative intéressante
Pour commémorer la treizième année et la 10ème édition du Festival BONS SONS, un livre illustré est paru (le lancement a eu lieu le 8/08) : « BONS SONS x 10 : Uma Aldeia em Manifesto » (Le manifeste d’un village). Produit en partenariat avec les éditions « Escafandro », le livre relate de nombreuses histoires de la vie du festival depuis sa création, en passant par les moments de bonheur, inédits, mais également dramatiques ainsi que des anecdotes sur les artistes qui ont foulés les scènes du désormais incontournable festival. Les illustrations sont de: Pedro Brito, Nuno Saraiva, Joana Ray, Angela Vieira ou encore Silvia Belli et les textes de l’auteure Rita Nabais, de Nuno Matos Valente et Joao Neves. En couverture, un hommage aux artistes qui ont donnés leurs noms aux différentes scènes : Lopes-Graça, Giacometti, Zeca Alfonso, Aguardela, Amália, Agostinho da Silva et Antonio VarlaÇoes. Un livre dédié à celles et ceux qui veulent se souvenir des moments forts ou redécouvrir leurs concerts favoris ou pour tous les futurs spectateurs, une manière de les préparer à la surprise qui les attends l’année prochaine.

Plus qu’un Festival : Le Manifesto : 10 ème édition = 10 objectifs :
– Pour la « contemporanéité » à la campagne, nous vivons le village d’aujourd’hui
– Pour une plateforme culturelle, nous sommes la rencontre
– Pour la planification du territoire, nous avons des idées
– Pour la citoyenneté participative, faire est notre pouvoir
– Pour le vieillissement actif, nous sommes une immense maison
– Grâce à l’enseignement communautaire, nous avons grandi avec le village
– Pour les projets territoriaux, nous investissons dans les personnes
– Pour une action durable, nous ne restons pas plantés là, nous avançons
– Pour la création d’espaces publics, nous habitons la rue
– Pour une culture populaire, une culture sans propriétaire

La petite histoire
Le saviez-vous ? Il semble que « CEM SOLDOS » fut un campement militaire installé dans cette partie du Portugal en l’an 1192, sous le règne du Roi Sancho I er. (Fils du Roi Alphonse 1er et de Mathilde de Savoie). D’après l’histoire, une centaine de soldats furent déployés en ce lieu. Cent salaires étaient versés à ces militaires en place, pour leurs services. Cent salaires : « Cem Soldos », ce qui donna son nom à ce petit village.

Un exemple à suivre, le désormais incontournable Festival BONS SONS ! « Le Tribune » vous y donne-rendez-vous pour sa 11ème édition à l’été 2020, oh que oui !

Julia Garlito Y Romo

(*) Carlos Batista ; Francisco Sales ; Mano a Mano ; Vénus Matina ; Raquel Ralha & Pedro Renato ; Senza ; Orquestra Filarmónica Gafanhense : Benjamim + Joana Espadinha ; Fogo Fogo ; X-Wife ; Diabo Na Cruz ; Di João Melgueira ; Cal ; Dada Garbeck ; Gator the Alligator ; Adélia ; Sallim ; Alfonso Cabral ; Lodo + Peixe ; Helder Moutinho ; Paraguaii ; First Breath After Coma + Noiserv ; Budda Power Blues & Maria João ; Scúru Fitchádu ; DJ Narciso ; Pequenas Espigas ; Valente Maio ; Jorge Da Rocha ; Rezas, Benzeduras E Outras Cantigas ; Tiago Francisquinho : Baleia Baleia Baleia : Miramar ; Três Tristes Tigres ; Stereossauro ; Pop Dell’Arte ; Tiago Bettancourt ; Glockenwise + JP Simóes ; DJ Ride ;Vozes Tradicionais Femininas ; Ricardo Leitáo Pedro ; Galo Cant’Às Duas ; Telma ; Pedro Mafama ; Joana Gama + Sopa de Pedra ; Ricardo Toscano e João Paulo Esteves Da Silva ; Luίsa Sobral ; Júlio Pereira ; Tape Junk ; Dino D’Santiago ; Sensible Soccers + Tiago Sami Pereira ; Moullinex.

cem_soldos_bons_sons

bons sons2

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s