« PONCE PILATE, L’HISTOIRE QUI BIFURQUE » : UNE REUSSITE

ponce_pilate_c_eric_reignier

CRITIQUE. PONCE PILATE, L’histoire qui bifurque – Théâtre et marionnettes, d’après le récit éponyme de Roger Caillois – Adaptation et mise en scène Xavier Marchand – Jusqu’au 22 mars au Théâtre 71 Malakoff, scène nationale, à 20h30 puis au Bateau-Feu, à Dunkerque, les 26 et 27 mars.

Filez découvrir de quoi furent faits les temps de désolation de Ponce Pilate face à la décision qu’il doit prendre : Jésus de Nazareth, doit-il vivre ou mourir ? Décision dont le poids semble plomber jusqu’à son habit de procurateur romain. Décision dont le dessein historique ne semble pourtant pas intriguer ne serait ce qu’une bribe de son intuition de gouverneur, alors que tous les acteurs qu’il questionne l’en avertissent ! Vous verrez ainsi le récit de Pilate cherchant auprès de divers représentants, de son ami, de son épouse, de quoi nourrir sa quête d’acte pertinent pour rendre justice dans le procès fait à Jésus. Puis vous vous laisserez surprendre par le jubilatoire raffinement de l’espièglerie littéraire qui achèvera cette histoire.

Ce qui saisit de ce spectacle, du choix des marionnettes à la simplicité poignante de ce voyage littéraire et historique, politique et religieux, est l’élégance investie à la millième de seconde près, par les moyens d’art pratiqués ici :Théâtre et Marionnettes.

Une élégance si rayonnante qu’elle attrape notre attention sans relâche. Et l’on se sent partir dans le vent de Jérusalem, le coeur retourné et remerciant d’être ainsi conviés juste par notre présence à requestionner l’histoire, soudain touchant de près ce qu’est l’oeuvre de chercher la paix, de l’espérer, de la sentir…de la perdre.

Quelle élégance ! Quelle étreinte mobilisante pour le spectateur que ces tentatives de discernement du débat qui se mettent là à revivre ! Comme les affres de la question qui verdissent de tourments la face de Ponce Pilate sont ici brillamment traversées ! dans cette respiration de plateau parfaitement posée, maîtrisée, entre les comédiens-manipulateurs et les marionnettes, ce castelet géant et les décors d’un soin infini, un pupître à cour et un à jardin, chacun soigneusement enveloppé d’une douce rondeur de lumière, faisant monter dans l’assemblée la lecture du récit.

La scène entre Pilate et Mardouk est particulièrement réussie. Elle témoigne de toute l’âme de ce temps qui fit qu’il y eut un avant JC et un après.

Les techniques des comédiens-manipulateurs de marionnettes enchantent au plus fascinant : technique de composer avec les plis et replis de l’habit épais de Mardouk, pour le bouger sur le sofa : magique ! Technique de glisser tant de densité émotionnelle dans les mains du comédien-manipulateur : admirable ! Ces mains là subjuguent, comme révélatrices des soubresauts douloureux des combats intérieurs de Pilate. Le spectacle est éclairé par la bouleversante unité qu’ils créent avec leurs marionnettes. Suivre leurs gestes, qui doivent parfois s’engager de très loin pour faire naître l’attitude juste de sens à ces pantins, allant ainsi jusqu’à bouger le corps entier pour donner vie aux statuettes, est un émerveillement ! Quelle joie émue de se voir ainsi dévoiler le sel génial de cet Art, qui jouit de ce jeu du qui porte qui, qui fait bouger qui, qui manipule qui, pour un tel récit…

Tous de l’équipe sont impeccables à ces glissements entre hommes, marionnettes, acteurs, spectateurs, manipulateurs, manipulés. Tous nous entraînent par leur lumineuse et efficace tranquillité didactique : mais quel bonheur d’accorder tant de confiance aux consciences des spectateurs pour nous embarquer !

Courez-y vite !

PS : La marionnette Jésus, elle, aux saluts ne viendra pas ! Ultime, savoureuse et malicieuse sollicitation de nos intelligences par la formidable équipe de ce spectacle, vraiment très réussi.

Marie-Zélie

Marionnettes Paulo Duarte, scénographie Julie Maret – Avec Sylvain Blanchard, Noêl Casale, Mirjam Ellenbroek, Gustavo Frigerio et Guillaume Michelet

Photo Eric Reignier

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s