« CLAIRE, ANTON ET EUX », 14 COEURS OUVERTS

CRITIQUE. « Claire, Anton et eux » – m.e.s. François Cervantes – Friche la Belle de Mai, Marseille, le dimanche 21 octobre 2018 à 16h.

14 cœurs ouverts

Ce sont les 14 élèves de la dernière promotion du Conservatoire National d’Art Dramatique que François Cervantès (Carnages, Face à Médée, le 6ème jour…) décide ici de mettre en scène. Mais bien plus que de les mettre en scène, Cervantès les met à nu sur cet immense plateau dépourvu de décors. Car son sujet, c’est eux : leurs souvenirs et histoires de vie, leurs origines…

Au commencement de la pièce, répartis sur le plateau, droits et figés, les 14 comédiens vont se présenter à tour de rôle et commencer dans le même temps à investir l’espace. Gabriel Acremant, Théo Chédeville, Salif Cissé, Milena Csergo, Salomé Dienis-Meulien, Roman Jean-Elie, Jean Joudé, Pia Lagrange, Sipan Mouradian, Solal Perret-Forte, Maroussia Pourpoint, Isis Ravel, Léa Tissier et Sélim Zahrani vont s’introduire au public, sans masques ni détours : Je m’appelle… J’ai ….ans, et … (un trait de caractère, un souvenir, une anecdote..). Les camarades se questionnent, se découvrent, veulent en savoir plus.

Petit à petit le rythme va s’intensifier, les mouvements s’amplifier, et les tempéraments s’affirmer. Ces jeunes comédiens vont remonter le temps et sortir de leur propre rôle pour incarner des personnes de leur famille, de leur passé, des gens qui les ont marqués. Passé, présent et futur vont alors se rencontrer à travers ces ancêtres qui vont se croiser sur scène et découvrir que leurs enfants ou petits enfants ont embrassé la voix de la scène.

Durant toute la pièce, ces jeunes acteurs dévoilent sur le plateau des personnages d’âges et d’origines variés, qui nous livrent leurs petites histoires comme autant de points de vue sur le monde, de sentiments et d’émotions.

Le rythme est soutenu, la mise en scène est réduite à quelques costumes, un peu de musique et de lumière, laissant toute la place au texte et au jeu des comédiens, sincères et touchants. On regretterait juste, probablement à cause de la taille du lieu, de ne pas pouvoir bénéficier de conditions de représentation plus intimistes, permettant une plus grande variation dans les modulations des voix et une proximité accrue avec les comédiens.

Claire Burguiere

Photos Christophe Raynaud De Lage

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s