LA GRANDE SOPRANO MONTSERRAT CABALLÉ S’EST ETEINTE

DISPARITION : Montserrat Caballé (1933-2018).

La grande soprano catalane Montserrat Caballé s’est éteinte ce samedi 6 octobre à Barcelone, à l’âge de 85 ans.

«Elle est morte cette nuit à l’hôpital de Sant Pau», a indiqué à l’AFP l’hôpital barcelonais. La veillée funéraire de la chanteuse, aura lieu dimanche 7 et les funérailles lundi 8 octobre, dans sa ville natale.

La pureté du timbre de la célèbre soprano, la fulgurance de ses aigus avaient propulsé Montserrat Caballédans les plus grands rôles de l’Opéra.

Après des études de musique au conservatoire du Liceu de Barcelone, elle rejoint l’Opéra de Bâle en 1956, où elle fait ses débuts professionnels dans le rôle de Mimi, dans La Bohème de Giacomo Puccini. En 1960 et 1961, elle est engagée par l’Opéra de Brême où elle chante un très large répertoire de soprano lyrico-dramatique, de Mozart à Dvořák en passant par Verdi et Puccini, sans trouver encore sa véritable personnalité vocale. En 1962, elle retourne à Barcelone et fait ses débuts au Gran Teatre del Liceu dans le rôle-titre d’Arabella de Strauss. Elle reste fidèle à ce théâtre où elle fêtera ses 50 ans de carrière le 3 janvier 2012. Le dernier rôle qu’elle y interprète sur scène est Catherine d’Aragon dans Henry VIII de Camille Saint-Saëns.

Le premier succès international de Caballé survient en 1965, quand elle remplace Marilyn Horne, enceinte, pour une Lucrezia Borgia en version de concert au Carnegie Hall de New York, où elle fait sensation. La même année, elle fait ses débuts au Festival de Glyndebourne, et au Metropolitan Opera en tant que Marguerite dans le Faust de Gounod. C’est alors qu’elle est surnommée La Superba après que Maria Callas a été surnommée La Divina et Joan Sutherland, La Stupenda. En 1967, elle enregistre sa première Traviata sous la direction de Georges Prêtre aux côtés de Carlo Bergonzi et Sherill Milnes.

En 1972, elle fait ses débuts à la Scala, dans Norma de Bellini, rôle qu’elle enregistre la même année avec le jeune Placido Domingo et Fiorenza Cossotto, et au Royal Opera House à Covent Garden en tant que Violetta dans La Traviata de Verdi. C’est à partir de cette époque qu’elle explore systématiquement le répertoire du bel canto romantique : Donizetti, Bellini et les œuvres de jeunesse de Verdi, participant à la résurrection de ce genre aux côtés des Sutherland, Sills et Gencer. En 1973, elle reçoit la Médaille d’or du mérite des beaux-arts par le Ministère de l’Éducation, de la Culture et des Sports.

Elle s’est produite à de nombreuses reprises sur scène et en récital avec Marilyn Horne, notamment dans Semiramide de Rossini au festival d’Aix-en-Provence en 1980. Cette collaboration se double de plus d’une amitié et d’une grande admiration l’une pour l’autre.

Après le milieu des années 80, la cinquantaine dépassée, elle fut contrainte de s’éloigner de la Scala. Elle n’en poursuivit pas moins sa carrière, auprès d’un public élargi. C’est ainsi qu’on l’entendit en concert, dans Les Danaïdes, de Salieri, à l’Opéra de Montpellier, en 1986. Sa célébrité en fut accrue et il lui arriva parfois de franchir les limites du monde classique. Lors d’une de ses excursions dans le monde de la musique pop, le duo entre Caballé et le chanteur de rock Freddie Mercury, Barcelona (1987), fut un succès qui donna lieu à un album du même nom. Le morceau devint, plus tard, l’hymne des Jeux olympiques de Barcelone en 1992, le faisant apparaître de nouveau dans le palmarès des ventes en Europe. Elle interpréta également ce morceau avec Freddie Mercury en live au Ku Klub d’Ibiza le 29 mai 19878 ainsi qu’à Barcelone le 8 octobre 1988 pour le festival La Nit. Enfin, elle chanta ce morceau, accompagnée par un enregistrement du défunt Freddie Mercury, lors de la finale de 1999 de la Champions League au stade de Nou Camp à Barcelone.

Caballé est aussi une récitaliste renommée, essentiellement de chansons de son Espagne natale. Elle a épousé le ténor Bernabé Martí en 1964. Sa fille, Montserrat Martí, est également cantatrice. Elles chantent souvent ensemble lors de concerts.

Sa voix est connue pour sa pureté et, son homogénéité parfaite sur une grande tessiture (approx. du la au rébémo) avec un grave typiquement espagnol, un médium velouté mais puissant et un aigu ample et brillant. L’incisivité naturelle de son timbre et son exceptionnelle technique de souffle (ses cordes vocales, par un accolement léger, consomment moins, d’où la longueur du son) lui ont permis de chanter pratiquement tout le répertoire de soprano à l’exception des rôles suraigus. Bien qu’elle soit surtout connue pour ses rôles de bel canto, Caballé a chanté plus de quatre-vingts rôles d’opéra, de l’opéra baroque à Verdi, Wagner, et Puccini, en passant par la Maréchale dans Der Rosenkavalier de Strauss, et le rôle-titre de Salomé.

Si de nombreux critiques ont reproché à « la » Caballé de ne pas toujours s’investir théâtralement dans ses rôles contrairement à « la » Callas, elle les a cependant marqués à sa façon par sa musicalité, le jeu des couleurs et une large palette de nuances et de dynamiques. Elle est ainsi considérée comme une des grandes Norma du xxe siècle, l’un des rôles les plus éprouvants du répertoire belcantiste.

Caballé participe à plusieurs organisations caritatives. Elle était ambassadrice de bonne volonté de l’UNESCO et a créé une fondation pour les enfants dans le besoin à Barcelone.

Discographie (extraits)


Opéras

Vincenzo Bellini :
Il pirata – Montserrat Caballé (Imogene), Piero Cappuccilli, Bernabé Martí (it), chœur et orchestre de la Radio-télévision italienne, Gianandrea Gavazzeni – Emi Classics, 1971
I puritani – Montserrat Caballé (Elvira), Alfredo Kraus, Matteo Manuguerra, Ambrosian Opera Chorus, Philharmonia Orchestra, Riccardo Muti (dir.) – Emi Classics, 1980
Norma – Montserrat Caballé (Norma), Fiorenza Cossotto, Placido Domingo, Ruggero Raimondi, London Philharmonic Orchestra, Carlo Felice Cillario (dir.) – RCA, 1972
Norma – Joan Sutherland, Montserrat Caballé (Adalgisa), Luciano Pavarotti, Samuel Ramey, chœur et orchestre du Welsh National Opera, Richard Bonynge (dir.) – Decca, 1972
Arrigo Boito :
Mefistofele – Montserrat Caballé (Margherita), Norman Treigle, Placido Domingo, Ambrosian Opera Chorus, London Symphony Orchestra, Julius Rudel – Emi Classics, 1974
Mefistofele – Montserrat Caballe (Elena), Nicolai Ghiaurov, Luciano Pavarotti, Mirella Freni, National Philharmonic Orchestra, Oliviero de Fabritiis – Decca, 1984
Gaetano Donizetti :
Lucia di Lammermoor – Montserrat Caballé (Lucia), José Carreras, Samuel Ramey, New Philharmonia Orchestra, Jesus Lopez Cobos – Philips
Lucrezia Borgia – Montserrat Caballé (Lucrezia), Shirley Verrett, Alfredo Kraus, Ezio Flagello, chœur et orchestre de la RCA italienne, Jonel Perlea (dir.) – RCA, 1967 / BMG Classics, 1993 (rééd.)

Wolfgang Amadeus Mozart :
Cosi fan tutte – Montserrat Caballé (Fiordiligi), Janet Baker, Nicolaï Gedda, Wladimiro Ganzarolli, chœur et orchestre de Covent Garden, sir Colin Davis (dir.) – Philips, 1974
Giacomo Puccini :
La Bohème – Montserrat Caballé (Mimi), Placido Domingo, Sherrill Milnes, John Alldis Choir, London Philharmonic Orchestra, sir Georg Solti (dir.) – RCA Victor
Manon Lescaut, Montserrat Caballé (Manon), Placido Domingo, Ambrosian Opera Chorus, New Philharmonia Orchestra, Bruno Bartoletti (dir.) – Emi Classics, 1972
Tosca – Montserrat Caballé (Tosca), José Carreras, Ingvar Wixell, chœur et orchestre de Covent Garden, sir Colin Davis (dir.) – Philips, 1976
Turandot – Joan Sutherland, Montserrat Caballé (Liù), Luciano Pavarotti, Nicolaï Ghiaurov, John Alldis Choir, London Philharmonic Orchestra, Zubin Mehta (dir.) – Decca, 1974
Turandot, Montserrat Caballé (Turandot), Mirella Freni, José Carreras, Paul Plishka, chœurs de l’Opéra du Rhin, Orchestre philharmonique de Strasbourg, Alain Lombard (dir.) – Emi Classics, 1978
Richard Strauss :
Salome – Montserrat Caballé (Salomé), Regina Resnik, Richard Lewis, Sherrill Milnes, London Symphony Orchestra, Erich Leinsdorf (dir.) – RCA /Sony
Gioacchino Rossini :
Elisabetta, regina d’Inghilterra – Montserrat Caballé (Elisabetta), José Carreras, Valerie Masterson, Ambrosian Singers, London Symphony Orchestra, Gianfranco Masini (dir.) – Philips 1976
Il turco in Italia – Montserrat Caballé (Fiorilla), Samuel Ramey, Ambrosian Opera Chorus, National Philharmonic Orchestra, Riccardo Chailly (dir.) – CBS / Sony
Giuseppe Verdi :
Aida – Montserrat Caballé (Aïda), Placido Domingo, Fiorenza Cossotto, Piero Cappuccilli, Nicolaï Ghiaurov, chœur et orchestre de Covent Garden, Riccardo Muti (dir.) – Emi Classics, 1974
Il corsaro – Montserrat Caballé (Gulnara), José Carreras, Jessye Norman, Ambrosian Singers, New Philharmonia Orchestra, Lamberto Gardelli (dir.) – Philips 1976
Don Carlo – Montserrat Caballé (Elisabetta), Shirley Verrett, Placido Domingo, Sherrill Milnes, Ambrosian Opera Chorus, orchestre de Covent Garden, Carlo Maria Giulini (dir.) – Emi Classics
Giovanna d’Arco – Montserrat Caballé (Giovanna), Placido Domingo, Sherrill Milnes, Ambrosian Opera Chorus, London Symphony Orchestra, James Levine (dir.) – Emi Classics, 1973
Luisa Miller – Montserrat Caballé (Luisa), Luciano Pavarotti, Sherrill Milnes, London Opera Chorus, National Philharmonic Orchestra, Peter Maag (dir.) – Decca, 1976
I masnadieri – Montserrat Caballé (Amalia), Carlo Bergonzi, Piero Cappuccilli, Ruggero Raimondi, Ambrosian Opera Chorus, New Philharmonia Orchestra, Lamberto Gardelli (dir.) – Philips
La traviata – Montserrat Caballé (Violetta), Carlo Bergonzi, Sherrill Milnes, chœur et orchestre de la RCA italienne, Georges Prêtre (dir.) – RCA, 1967 / BMG Classics (rééd.)
Un ballo in maschera – Montserrat Caballé (Amelia), José Carreras, Ingvar Wixell, chœur et orchestre de Covent Garden, sir Colin Davis (dir.) 1979 – Philips

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s