« CROWD », LA DANSE PICTURALE DE GISELE VIENNE

CRITIQUE. « Crowd » de Gisèle Vienne – Théâtre de Vidy, Lausanne du 27 au 29 septembre.

En littérature, ce serait un recueil de nouvelles. Celles de Carver revues par Lish, brèves, percutantes et ciselées. En art vidéo, ce serait Bill Viola. Sa fascination pour la rencontre, la lenteur, le déploiement. En peinture, une déposition du Caravage. La lumière y est aussi primordiale que l’expression des visages.

La scène est recouverte de terre et jonchée de détritus. La puissance de la musique électronique invite les esprits et les corps à la transe. Néanmoins, les personnages investissent avec lenteur ce territoire désaffecté. Ralentis mais pas retenus, comme en apesanteur mais toniques. Ils sont jeunes, on le perçoit à leur habillement. Encapuchonnés, chaussés de basket, cannettes à la main. Certains se reconnaissent, d’autres se toisent. Des visages expriment la joie et l’heureuse attente de la fête, l’anxiété ou encore l’indifférence. Les mouvements s’accélèrent, deviennent saccadés, pourtant toujours à l’unisson. Puis, comme si quelqu’un avait appuyé sur la touche pause, tout s’arrête, sauf pour un ou deux protagonistes. Focus sur eux. Puis l’ensemble reprend, l’espace est totalement investi. Echanges, disputes, rencontres, désirs, caresses, fusions, agressions, réconforts, regards. Mouvement de foule imperceptiblement conjugué. Et stop. Silence. Immobilité. Photo de groupe ? Alors à nouveau la danse, comme une houle. Vitesse, gestes décalés, cris, rires, signes, chutes, pleurs. Unions et désunions. Plaisir et chagrin. Douceur et violence. Les enjeux vitaux de l’adolescence.

La musique se fait spatiale. D’une fille s’échappe une fumée dense. Sur le fond obscur, s’étire un nuage où les silhouettes s’impriment et pénètrent. Enfin, maculés et suants, ils sortent lentement.

« Dans Crowd, les 15 danseurs, sur scène, sont aussi des personnes dont la psychologie, l’imagination, les sentiments et l’histoire sont des composantes essentielles de la pièce. » Gisèle Vienne;

Gisèle Vienne est aussi plasticienne et cela se ressent avec bonheur. Sa foule contemporaine est d’une esthétique picturale. Tableaux dramatiques et scènes de genre. On y sent la joie de la vie comme la menace de la mort. Le temps s’y démultiplie ou s’arrête : on y constate sa relativité, une durée différente dans le même instant. La musique, mixée et sélectionnée par Peter Rehberg, a-t-elle été conçue avant ou l’a-t-il plaquée sur la chorégraphie ? De fait, accrochés au rythme ou en nonchalante rupture, les quinze danseurs transmettent une harmonie corporelle, musicale et temporelle captivante car insolite. On s’attache à leurs brèves histoires, on les reconnaît : ils sont l’existence même.

Culturieuse,
à Lausanne

Photos Estelle Hanania / Vidy-Lausanne

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s