BROCELIANDE, CAMELOT, MERLIN, MORGANE : TOUT EXISTE !

CRITIQUE. “Le Roi Arthur”, écrit et mis en scène par Jean-Philippe Bèche, du 6 septembre au 14 octobre 2018 – Théâtre de l’épée de bois – Du jeudi au samedi à 20h30, samedi et dimanche à 16h.

Jean-Philippe Bèche nous offre une très belle mise en scène, et, avec son maître d’armes François Rostain, des chorégraphies parfaitement convaincantes. La salle y ajoute beaucoup : pour ceux qui n’auraient pas eu l’occasion de fréquenter le Théâtre de l’Epée de Bois à la Cartoucherie, ce spectacle est une excellente occasion de savourer l’amplitude et la majesté de sa salle en pierre. La solennité et le mystère sont déjà là, dans ces murs qui recèlent quelque chose de légendaire.

Les lumières d’Hugo Oudin sont un régal, les comédiens sont beaux, les costumes de Catherine Gorne Achdjian sont saisissants (quel Merlin !), un vrai petit festin pour les yeux.

Rythmé, épique, endiablé parfois, l’épopée spectaculaire distille intelligemment de très belles scènes d’amour courtois avec toute la douceur et la pureté qu’elles exigent -la voix cristalline de Guenièvre (Morgane Cabot) témoigne à elle seule de l’existence des fées en ce mois de septembre. Quant à l’inquiétant merveilleux médiéval, il résonne des tréfonds de Brocéliande à vous en faire vibrer comme un gosse ! Aidje Tafial, aux percussions, est formidable. Merlin, Morgane, Arthur et ses chevaliers, les sortilèges, les enchantements, les forteresses, les batailles, les héros, toute la mythologie de la Table Ronde est plus réelle que jamais dans cette illusion magistrale signée Bèche. Saluons au passage la prestation très réussie de Lucas Gonzalez en Lancelot.

Si le texte n’est pas incontournable, il n’affaiblit pas ce joli succès. La compagnie du Rameau d’or réveille le temps d’un soir, et même un peu plus longtemps, l’enfant qui loge en chacun de nous, et lui fait écarquiller les yeux d’un plaisir qui ne vieillit jamais. Comme on aime ce battement de cœur de nos rêveries d’antan.

Marguerite Dornier

Note : Si les allusions graveleuses (qui siéent à l’épopée médiévale) sont rares et suffisamment équivoques pour échapper à une jeune oreille, le thème de l’inceste entre Morgane est Arthur est lui évoqué sans détour : parents avertis !

Prolongations : initialement prévu pour s’arrêter le 23 septembre, Le Roi Arthur se jouera jusqu’au 14 octobre, les samedi 6 à 16H et 20H et dimanche 7 à 16H, Les 11 12 13 à 20H30 et 16 H en matinee le samedi, et la dernière le 14 OCTOBRE A 16H.

Publicités

Une réflexion au sujet de « BROCELIANDE, CAMELOT, MERLIN, MORGANE : TOUT EXISTE ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s