FESTIVAL « MISES EN CAPSULES » : CINQ CAPSULES-DECOUVERTES

CRITIQUE. Festival Mises en Capsules – du 21 mai au 9 juin, au Ciné XIII théâtre – 5 capsules vues le vendredi 25 mai.

12ème édition d’un festival qui ne manque pas de nous emporter! Du lundi au samedi, du 21 mai au 9 juin, cinq des dix-sept pièces courtes sélectionnées sont présentées, chaque soir, de 19h à 22h30 !

Ce festival exigeant, permet de découvrir de nouveaux talents, de nouvelles créations, et de futurs succès ! La qualité du festival c’est que nous ne restons pas sur notre faim, puisque chaque représentation de 30 minutes est une véritable pièce et non pas un extrait de spectacle ! En outre, entre chaque pièce, nous discutons entre spectateurs et programmateurs, puis – quand ils nous rejoignent après leur pièce – les comédiens, les auteurs, et les metteurs en scène, un beau moment de rencontres et de partage, dans un charmant lieu au décor des années 20…

Pour ma part j’ai eu la chance de voir « La vie trépidante de Brigitte Tornade » mis en scène par Eléonore Joncquez, chronique drôlissime de France Culture adaptée pour la première fois au théâtre, avec en rôles principaux, les talentueux Eléonore Joncquez et Vincent Joncquez. Puis le touchant « Le marionnettiste » du jeune auteur et metteur en scène Antoine Perez, une courte pièce romantique et humoristique… Ensuite, j’ai assisté à deux créations collectives engagées :  » Mon pays n’est plus qu’une île » mis en scène par Benoît Crou, qui nous bouleverse et nous interroge sur la situation actuelle des USA, et « Bouches cousues » mis en scène par Marie-Sohna Condé, qui questionne la parole des femmes dans l’actualité de #metoo #balancetonporc et ne nous laisse pas indifférents. Enfin, j’ai découvert avec ravissement l’écriture de Sylvain Debry, auteur à suivre, avec « Coefficient » qui nous a entraîné dans un cynique et sinistre dépôt de plainte.

Longue vie au festival Mises en Capsules, qui a toujours eu le flair pour les talents, puisque, alors qu’ils étaient inconnus, ils s’y produisaient : Alexis Michalik, Camille Cottin, Pierre Niney, ou Anne Bouvier.

Je ne doute pas, que ce vendredi 25 mai, un vent de génie soufflait dans la salle de 19 à 22 heures passées, et je suivrai attentivement l’actualité de chaque artiste que j’y ai vu se produire.

Norma Soane

Image : La vie trépidante de Brigitte Tornade

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s