« LE BEAU EST PARTOUT » : FERNAND LEGER A BOZAR, BRUXELLES

CRITIQUE. Exposition « Fernand LÉGER » (1881 – 1955): « Le beau est partout », BOZAR, Palais des Beaux-Arts à Bruxelles, jusqu’au 03 juin 2018.

Parmi tous les artistes de cette très belle exposition « Calendrier Printemps » aux BOZAR, je cite : Dirk Braeckman, Hugo Claus, la collection Spanish Still Life, Raw Poetry, et bien d’autres : il y a Fernand Léger !

En effet, pour fêter ses 90 ans d’existence, BOZAR propose l’exposition Fernand Léger, Le Beau est partout », pour ouvrir les festivités. Plus de 100 œuvres de l’artiste autour de six chapitres : Vitesse et machine, Poésie, Cinéma, Cirque et danse, Architecture, Engagement politique. Autant de sujets chers au peintre normand, fils d’un éleveur de bœufs, et aucunement prédestiné à son succès international.

Célèbre figure de l’art moderne, Fernand Léger, le peintre aux couleurs, au regard avant-gardiste, proche de la réalité des choses et de l’être humain. Il voit la beauté partout, dans la vie quotidienne, du plus simple objet aux structures les plus complexes de l’architecture, particulièrement de la machine inventée par l’homme, de la typographie, de la modernisation industrielle de l’après deux guerres. Grand observateur de son époque, il captive, il attire irrésistiblement le regard sur ses œuvres, qu’elles soient critiquées ou pas. Liberté, vérité, sont des principes qui accompagneront son travail durant toute sa vie.

Marqué par les évènements de son époque, particulièrement par la première Guerre Mondiale (un besoin de couleurs se fera sentir dans ses œuvres) et par la deuxième, (celle-ci lui fera quitter Paris pour New-York et à son retour, en 1945, le fait s’intéresser à la politique, il adhère au parti communiste) Fernand Léger voyage beaucoup. Il parcourt l’Europe : l’Espagne, l’Italie, la Grèce et la Scandinavie, sans compter toutes les régions de France, ainsi que les États-Unis. Il y fait de nombreuses rencontres artistiques et intellectuelles, tant dans le monde de la peinture, que de la musique, de la danse, du cirque, du cinéma, de l’architecture que de la littérature (Picasso, Le Corbusier, Robert-Mallet Stevens, Abel Gance, Marcel Herbier, Jean Börlin, Darius Milhaud, Balise Cendrars, etc.). Il s’y crée un réseau qu’il souhaite développer dans le sens le plus large. Il s’inspire de Cézanne, il passe par plusieurs étapes et différents styles (le cubisme, le fauvisme, purisme, surréalisme, réalisme socialiste, la géométrisation, etc.). Il enseigne la peinture, ouvre sa propre école contemporaine (1934) et a parmi ses élèves de nombreuses personnalités du monde de l’art, beaucoup de femmes dont Louise Bourgeois, Florence Henri ou encore Maria-Elena Viera da Silva et tant d’autres, mais également, le non moins célèbre Serge Gainsbourg.

La présentation de l’œuvre de Léger par BOZAR est particulièrement bien faite, et captive le visiteur dès les premiers pas qui le mène vers l’énorme tableau « Le Transport des forces » (1937). Visible à travers différentes perspectives au fur et à mesure du parcours qui retrace par année-style le travail de l’incroyable artiste français. Depuis ses couleurs, à ses grisés, ses dessins, ou ses peintures, ses écrits, ses illustrations, ses affiches publicitaires, ses films et ses photos (il admire Charlie Chaplin), on ne peut qu’être séduit. « Les Loisirs » (hommage à Louis David », « les deux femmes debout » (1922) ou « Les constructeurs » (1950) rivalisent d’intérêt et de beauté. La couleur est beauté : « Le Beau est partout ».

Il est bien évidemment possible de visiter l’exposition avec un guide sur mesure, parmi les langues possibles, il y a celle de la langue des signes francophone avec l’excellente Shahin Mohammad-Lagneau et sa touche poétique pleine d’humour, belle et imagée, très instructif !

Plusieurs activités multidisciplinaires autour de l’exposition Fernand Léger sont organisées jusqu’au 3 juin : concert musical live, projection du film « L’inhumaine », soirée littéraire inspirée par l’œuvre de l’artiste, etc. À consulter sur le site des BOZAR.

« Le Beau est partout », Fernand Léger, à découvrir, sûrement, à voir assurément !

Julia Garlito Y Romo,
à Bruxelles

« Le Beau est partout » a été conçue et organisée par le Centre Pompidou-Metz en partenariat avec BOZAR. Cette exposition met à l’honneur les 40 ans du Centre Pompidou, Paris. Soutien : Belgian Federal Public Service, Foreign Affairs, Foreign Trade & Development Cooperation.

Avec le soutien exceptionnel du Centre Pompidou, musée national d’art moderne à Paris, qui prête aux BOZAR de nombreuses œuvres, dont « La Noce » et « La Composition aux deux Perroquets » rendant ainsi possible cette exposition monographique de Fernand Léger. Ces œuvres exposées sont également complétées par d’autres provenant de diverses collections publiques et privées internationales.

Images copyright MNAM Paris / ADAGP

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s