« LES DECLINAISONS DE LA NAVARRE » : L’ESPRIT CHEVALERESQUE ?

CRITIQUE. « Les déclinaisons de la Navarre » – Claire Laureau & Nicolas Chaigneau – Le 21 avril 2018 à 20h – Le Zeppelin, Saint-André-lez-Lille.

Après « A mon seul désir » de Gaëlle Bourges au Festival d’Avignon en 2015, voilà t’y pas que l’époque médiévale inspire de nouveau un couple d’artistes, Claire Laureau et Nicolas Chaigneau, tout droit sortis de Normandie où ils commettent la plupart de leurs forfaits chorégraphiques…

Néanmoins, en dehors de l’époque, la comparaison avec l’œuvre inspirée de la tapisserie “La Dame à la licorne” s’arrête là, puisque Les déclinaisons de la Navarre n’ont pas cette vocation à montrer des gentes dames et de beaux messieurs en costumes à poulaine… Non, ici l’univers est non seulement très dépouillé mais contemporain, du moins autant que puisse l’être un canapé gonflable.

Et mieux vaut vous le dire tout de suite, Claire Laureau et Nicolas Chaigneau ne respectent rien. Ni le Roi de Navarre, ni la Reine Margot, ni les scènes d’amour, ni même les séries B. Tout leur sert de prétexte à des détournements. On pense à Pierre Repp et ces onomatopées hilarantes, on pense à Grand Magasin, ce duo qui s’empare de scènes en les tournant en dérision, ou en les sur-jouant jusqu’à l’épuisement comme dans leur célèbre Paolo Uccello qui les fit connaître… On pense aussi à Hitchcock quand, n’y pouvant plus, les deux artistes finissent dans une scène d’horreur digne de La mort aux trousses.

Belle métaphore sinon que cette main qui était à la galanterie ce que sont les sex-tapes des stars aujourd’hui ou les images hot qu’on s’échange sur les réseaux sociaux…

Les déclinaisons de la Navarre est un spectacle à l’humour très fin, où la drôlerie vous saisit encore plus en sortant que dans la salle tant cette scène galante vous obsède…

Les deux comparses ne boudent pas non plus la belle danse et font quelques pas chaloupés qui montrent qu’ils ne se prennent pas au sérieux mais savent de quoi ils parlent… Ils ne sont pas mauvais non plus lorsqu’il s’agit de synchroniser la voix et le geste… on se croirait dans une salle de doublage…

Ne partez pas du spectacle sans cet esprit chevaleresque qui ne peut que vous saisir en sortant !

Emmanuel Serafini
Vu dans le Off d’Avignon en juillet 2017

Photo © C. Default

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s