FESTIVAL DE MARSEILLE 2018 : ALAIN PLATEL, BORIS CHARMATZ, JAN LAUWERS… QUE DU BEAU MONDE !

AGENDA. FESTIVAL DE MARSEILLE 2018 – festival pluridisiplinaire – Du 15 juin au 8 juillet, Marseille, divers lieux.

Dans un monde qui vacille sur ses fondations, où les espaces partagés se font de plus en plus rares et où les conversations ferment davantage de portes qu’elles n’en ouvrent, nous sommes fiers de placer une fois de plus le vivre-ensemble au premier plan avec cette 23e édition du Festival de Marseille. Dans quel Marseille voulons-nous vivre les prochaines années ? Comment pouvons-nous impliquer, par-delà tous les cloisonnements, le plus d’habitants possible dans notre Festival ? Comment le Festival peut-il être plus que jamais une plateforme pour les artistes et les univers qu’ils créent, et comment donner l’initiative à la danse, au mouvement et aux corps ? La danse, nous la défendons non comme un exercice de style académique qui propose un divertissement, mais bien comme un vocabulaire pluriel, accessible et généreux où le plus grand nombre de citoyens de notre ville peut s’exprimer et se reconnaître. Danser, ressentir l’autre, et ainsi exister soi-même, exister mieux : voilà sans conteste l’enjeu du Festival de Marseille.

Créer et imaginer des mondes différents et nouveaux : c’est ce qui pousse et passionne les artistes avec lesquels nous travaillons. Ce sont des conteurs, ils dansent des histoires. Bien sûr, chacun d’eux s’inscrit dans une discipline, une tradition, un paysage artistique particulier. Mais beaucoup plus important : ces artistes nous invitent à nous « déplacer », à tenter des perspectives différentes, et à voir le monde, les gens, et surtout les autres autour de nous avec plus de dignité et plus d’amour, en dépassant les jugements et les commentaires stigmatisants que le débat sociétal nous offre bien trop souvent. De nombreuses questions fondamentales, existentielles, apparaissent ainsi autrement, et il sera possible, espérons-le, d’y apporter des réponses qui ont plus de sens. L’Indonésien Eko Supriyanto place la femme au centre d’un monde traditionnellement masculin, mais il nous immerge aussi littéralement dans la mer, la nature et les questions écologiques majeures. Le Belge Thomas Bellinck et le Burkinabé Serge Aimé Coulibaly nous font des propositions très divergentes qui nous encouragent à repenser l’Europe, le monde et leur rapport mutuel, à valoriser enfin d’autres liaisons et d’autres échanges. Fabrizio Cassol et Alain Platel unissent la vie et la mort dans Requiem pour L., Nacera Belaza et Lisbeth Gruwez redéfinissent notre relation au temps, Éric Minh Cuong Castaing concentre notre attention sur des corps autres, avec un handicap mais aussi une très grande beauté et de nombreuses potentialités. Et Jan Lauwers nous « décale » totalement dans notre relation à l’histoire, mais aussi à l’amour.

Marseille, avec son extrême richesse d’histoire(s) et de perspectives est plus que jamais le point de départ et l’horizon de notre Festival : qui sont les habitants de cette ville que nous devons interpeller avec notre programmation, quels jeunes artistes méritent notre soutien et notre accompagnement pour qu’ils puissent modeler le paysage de demain, et quels récits la ville nous impose-t-elle ? Notre MarsLab, les « Lundis du QG » pendant lesquels les jeunes artistes du MarsLab nous font découvrir leur programmation, les « Festiv’Alliés » qui portent avec nous en véritables compagnons-spectateurs l’esprit du Festival, tous les projets collectifs dans le cadre de « MP2018 » : ensemble, et avec des artistes du monde entier, nous créons un espace partagé qui est à la fois européen et cosmopolite, mais qui n’est possible qu’à Marseille.

Nous sommes heureux de célébrer notre ville-monde, avec une diversité de danses et de corps. Nous optons pour des récits et des esthétiques de demain, mais nos axes centraux sont la fête et la connexion. L’édition 2018 du Festival de Marseille s’inscrit donc généreusement dans la ligne de « MP2018 »: mettre toute une ville en mouvement, en route vers un avenir partagé, un avenir plein d’amour.

Jan Goossens
Directeur du Festival de Marseille

Tout le programme ici : http://www.festivaldemarseille.com/fr/programme

Image : REQUIEM POUR L. de Fabrizio Cassol et Alain Platel – Photo Chris Van Der Burght

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s