« BORD DE MER » : PORTEZ UN AUTRE REGARD, CETTE DETRESSE POURRAIT ÊTRE VOUS !

CRITIQUE. «Bord de Mer» – De Véronique Olmi – Avec Magali Pinglaut. Conception et mise en scène, Michel Kacenelenbogen – Théâtre Le Public, Bruxelles, -jusqu’au samedi 31 mars 2018, à 20h30, ReCréation, petite salle.

L’histoire :
Peu importe les regards qui la percent de leur jugement, de leur dégoût. Ils font mal, mais elle est décidée, elle emmène ses deux enfants voir la mer. Elle rêve de les voir courir sur la plage, de s’émouvoir devant leur yeux brillants en découvrant les vagues. Ne doivent-ils pas être à l’école ? Non, c’est une aventure « buissonnière », un jour pas comme les autres. Et c’est peu dire… Trois êtres devenus des ombres, celles de l’indifférence générale. Le bus qu’ils prennent mange pratiquement toutes ses économies. Quelques pièces jaunes suffiront-elles à réaliser le projet de cette mère que plus rien n’atteint, ou presque? Entre désir et réalité, la marge est parfois un monde de dureté; fermer les yeux pour ne pas voir, souhaiter que la faim ou la soif ne soient plus une nécessité. Elle nous le confie, elle nous le raconte, elle nous le crie et elle en pleure. Regarde maman, il pleut encore…

Seule sur scène, Magali Pinglaut est bouleversante. Elle rend son personnage, cette femme désespérée, criante de vérité et de douleur. Une vérité crue, injuste, sauvage mais à la fois tendre, pleine de force et de courage. Émouvante dans sa dignité malgré sa terrible misère. Toute femme pourrait être elle. Vous pourriez être cette femme.

Entre la Belgique, la France et la Suisse, la comédienne joue et joue encore, et pour cause : Magali Pinglaut a plusieurs prix à son actif : meilleur espoir féminin en 1999 dans « Personne ne m’a pris par la main pour m’emmener en bas » de Murielle Leferle ; meilleur actrice en 2000 dans « Kean » d’Alexandre Dumas ; meilleure actrice 2014 dans « Les invisibles » de Florence Aubenas. Elle a travaillé avec de nombreux metteurs en scène de différents horizons, a joué des textes contemporains mais également ceux de grands auteurs comme Federico Garcia Lorca ou Sophocle pour ne citer qu’eux.

Avec une mise scène plus vraie que nature, Michel Kacenelenbogen nous met directement dans l’ambiance glauque de la plus grande des misères : la pauvreté. Celle des « nouveaux pauvres », comme il l’explique, qui depuis une dizaine d’années ne cesse d’augmenter. « Une histoire qui nous trouble, qui invite à la vigilance, et met la focale sur celles et ceux qu’en réalité personne ne voit ». Le metteur en scène, également comédien et directeur du Théâtre Le Public qu’il a fondé en 1994 (codirigé avec Patricia Ide), met l’accent sur cette « pièce qui le force à regarder la détresse de celles et ceux que notre système met en pièces ». Le texte de Véronique Olmi, écrit-il, « m’oblige à regarder ceux que notre société nie, oublie, parce que la priorité est ailleurs ».

On ne peut, en effet, que saluer ici la talentueuse Véronique Olmi, écrivaine, dramaturge mais également comédienne, remarquée en 1998 à l’occasion de la création « Chaos debout » par Jacques Lassalle au Festival Off D’Avignon, entre autres succès, son premier roman « Bord de Mer » (Actes Sud ; Prix Alain-Fournier) est d’une beauté douloureuse. On ne demande qu’à la lire ! Son treizième roman « Bakhita » a décroché le Prix Fnac 2017.

Pour vous inciter à voir la pièce, on ne peut que reprendre les mots de Michel Kacenelenbogen « Je pense que nos pires ennemis s’appellent ignorance, bêtise et indifférence ».

Actuelle : « Bord de Mer », accrochez-vous, c’est telle une vague qui vous frappe en plein visage alors que vous ne vous y attendiez pas. C’est ne jamais oublier qu’un regard peut être bienveillant. Que le phénomène de la pauvreté galopante existe bel et bien et qu’il frappe n’importe où.

« Bord de mer » rend cette invisibilité visible.

J’y vais absolument.

Julia Garlito Y Romo,
à Bruxelles

Une production du Théâtre Le Public – Avec le soutien du Tax Schelter du Gouvernement Fédéral Belge

À découvrir également :
« Les nouveaux pauvres. Virée dans le quotidien des bruxellois », Prix du parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles. Une web série de Patrick Séverin et Nicolas de Kuyssche : http://www.rtbf.be/lesnouveauxpauvres

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s