« C’EST TOUJOURS UN PEU DANGEREUX DE S’ATTACHER A QUI QUE CE SOIT » : BAS LES MASQUES !

CRITIQUE. « C’est toujours un peu dangereux de s’attacher à qui que ce soit » – Compagnie Énervé de et avec Eno Krojanker et Hervé Piron. – Représentations au Théâtre VARIA, à Bruxelles: Vendredi 26/01 et 02/02 à0 20H30; Mercredi 24/01 et 31/01 à 19h30; samedi 20 et 27/01 et 03/02 à 21h30.

L’un impassible, fixant un point au loin, assis derrière un énorme miroir translucide; l’autre, à son bureau, semble observer avec un certain amusement, discret et tranquille, le public qui s’installe en prenant son temps. Ce dernier va comprendre peu à peu qu’il ne va pas assister à une pièce comme les autres.

Nous sommes dans les années 80, en pleine forêt. C’est l’histoire d’un enfant très attaché à son nounours, qui, surpris par l’orage, va vivre l’un des moments les plus tragiques et traumatisants de son existence. Faut-il rire ou pleurer? Va t-on rire ou pleurer? Là est la question. Et pour cause, les spectateurs vont être à la fois les observateurs et les participants de cette comédie pour le moins étrange. Pris en otage par les acteurs ou simplement pris au dépourvu entre rire et étonnement, gêne, malaise, ou empathie ?

Dans une ambiance narcissique aux effets spéciaux particuliers, le jeu de scène écrit et interprété par les talentueux Eno Krojanker et Hervé Piron, provoquent des sentiments divers et partagés de l’autre côté de la scène. Si le public s’en étonne, le miroir, lui, le reflète. Une interaction qui fera son effet, mais… allez savoir jusqu’où.

Eno et Hervé veulent, ici, questionner la figure de l’artiste et renverser les rôles avec le spectateur. Ils poussent les limites au-delà de l’art, le leur: sauter la barrière ou relativiser ? Ils ne vivent pas que pour ou par le théâtre, disent-ils, ils sont d’un autre genre, jonglant entre le vrai et le faux. C’est ce qui les amuse. Faire naître l’humour à partir de quelque chose de tragique tout en créant la distance.

Grinçant, cynique, en total décalage, et, néanmoins, drôle. Références psychanalytiques à la Winnicott-Dolto « C’est toujours un peu dangereux de s’attacher à qui que ce soit » fera certainement rire certains et fuir quelques autres. Personnellement, je choisis de rire. Un jeu amusant à découvrir.

Julia Garlito Y Romo

A la fin du spectacle, les acteurs font une collecte dont une partie sera versée pour l’aide aux réfugiés, désormais nombreux en Belgique. Sur le même sujet, à découvrir la critique de Baptiste Rol dans le bruit du off, lors du passage de cette pièce à Avignon en juillet 2017.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s