UN « ALICE ET AUTRES MERVEILLES » EXPLOSIF D’INTELLIGENCE

CRITIQUE. Alice et autres merveilles – Fabrice Melquiot / Emmanuel Demarcy-Mota – D’après Lewis Carroll, avec la Troupe du Théâtre de la Ville à l’Espace Cardin Paris 8ème, jusqu’au 30 décembre 2017, durée 1H20.

Voir les regards des enfants en pleine dégustation de cette Alice est un réconfort pour qui croit que le Théâtre a des choses à dire à l’enfant. L’enfant qui se lance dans l’art de grandir, et nos enfants intérieurs qui sentent bien ici qu’on leur adresse aussi directement la parole, et qui peuvent se laisser cogiter par le parcours de ce petit être crayonné de magie et d’interrogations sur les réalités.

On entend murmurer des « waouh  » des  » moi on m’a raconté que des fois hein, quand on mange des champignons, ça fait bizarre  » des  » c’est bien cette chanson !  » alors que  » Another brick in the wall  » de Pink Floyd et  » Mad world  » d’Emma Johnson sont reprises avec une qualité vocale remarquable par l’ensemble de la Troupe. Ces moments là, de chorale frontale au public, sont particulièrement doués de justesse car, après la multitude de sollicitations, dont d’éblouissantes couleurs, et vlan le Lapin blanc, et hop le Chapelier fou, puis la chenille sur un pneumatique, et la bande son émanant de tout côté de la salle…on est conquis par cet unisson.

Les enfants se blottissent dans les bras des parents, soudain inquiétés par ce gros chat noir et bleu, passerelle très bien trouvée à l’univers de Burton.Par monstres et beautés, étrangetés, douceurs et fou-rires, la route de grandir doit passer!

Barbie nous fait éclater de rire, le Chaperon rouge aussi, se plaignant de son histoire qu’il trouve moins bonne que celle d’Alice !…voilà des exemples d’autres merveilles, insufflées par Fabrice Melquiot qui suit, tout en donnant à recevoir autrement, les aventures de cette petite fille de 150 ans.

Ce qui se passe sur le plateau rejoint nos coeurs, et nos vues réjouies, mêlant avec un amour des plus respectueux car fin connaisseur de l’enfance, le désir de la laisser vivre, rêver et de l’accompagner, en confiance et en bienveillance dans la quête de son Etre, vers son  » je suis qui je suis « . Une terre d’Imaginaire où les frontières sont rangées au placard, où l’eau, symbole des émotions, envahit le plateau. Quelle fééerie ! Alors oui, on en a plein les yeux de ces excellents numéros initiatiques, qui tiennent des arts du cirque, en ont l’étincelle et la juste dose de risque qui révèlent si bien le tourbillon de grandir.

Dans les couloirs du métro, je suis un groupe qui vient d’assister au spectacle.Soudain ils voient l’affiche. » Oh Alice  » crient-ils, les visages comme les plus beaux marque-pages de ce livre de Théâtre qui s’est animé pour eux. Ils s’approchent de très près, scrutent les détails, ils rient, commentent et puis prennent la route du silence, les yeux comme agrandis d’un fort réveil et la conscience vagabonde vers les émotions qui les traversent et les questions qui leur tiennent déjà la main. Chuuut ! ils sont en chemin de grandir !

Cet instant-là, quand on croit que le Théâtre a des choses à dire à l’enfant, c’est un élan d’espérance qu’on est émerveillé et reconnaissant de vivre. Merci infini à Emmanuel Demarcy-Mota, à Fabrice Melquiot et à toute cette équipe pour ce cousu-main, salut ému, explosif d’intelligence fidèle à Carroll, et réinvention hardie et très réussie de Mademoiselle Liddell. Et Bravo à Suzanne Aubert, Alice plus vraie que la vraie, toujours autre, gracieuse, puissante et vaillante, aimante et rebelle, magnifique. Une magique promesse de Vie.

Marie-Zélie

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s