« LA P… RESPECTUEUSE », CREATION 2017 DE GERARD GELAS

La P… Respectueuse – Création 2017 – mise en scène et scénographie Gérard Gelas – d’après J.P. Sartre – Théâtre du chêne Noir, Avignon – Du Jeudi 23 novembre au dimanche 3 décembre 2017 – Les jeudis à 19h, vendredis & samedis à 20h et dimanche à 16h.

Dans une petite ville du sud des États-Unis, deux hommes noirs sont à tort accusés de viol. L’un est tué par Thomas, un citoyen américain blanc, l’autre s’enfuit et tente de se réfugier chez Lizzie, une prostituée toute juste arrivée en ville… Le cousin du meurtrier, et son père, sénateur, vont alors tenter, par tous les moyens, de la persuader de fournir un faux témoignage : dire qu’elle a été violée par celui qu’ils appellent le « nègre »… Cela pour justifier la chasse à l’homme qui se déroule dans la ville -une chasse aux « nègres », en fait, comme ils le disent….- ; et sauver l’assassin. Mais en dépit des moyens utilisés pour l’en convaincre, la prostituée refusera de se parjurer. Et quand l’homme noir viendra se cacher chez elle, elle lui tendra un revolver qu’il refusera de prendre : « Je ne peux pas tirer sur des Blancs », affirme-t-il. Il s’enfuit, au risque de se faire lyncher par la foule…

Dans cette pièce écrite en 1947, qu’il co-mettra en scène l’année suivante avec l’acteur fétiche de Buñuel : Julien Bertheau, Jean-Paul Sartre s’inspire largement de l’histoire des « Scottsboro Boys » : le viol de deux femmes blanches suivi d’une tentative de lynchage des suspects –des hommes noirs-, avant même leur inculpation, jurys intégralement blancs, justice expéditive… Une affaire survenue une quinzaine d’années auparavant, et considérée comme une étape importante de la lutte contre les discriminations et pour le droit à un procès équitable aux États-Unis.

« Avec La P… respectueuse de Jean-Paul Sartre, nous sommes dans l’Amérique des années 50, où l’on appelle les noirs : les « nègres ». Ceci pour le décor moral. Le décor d’une histoire où se mêlent sexe, racisme, pouvoir politique, manipulations en tous genres. Cette Lizzie, jeune femme du peuple, va se trouver confrontée à tout cela, représentante à son corps défendant de tous ceux qui sont manipulés par les peu scrupuleux qui hantent les allées du pouvoir, et quel que soit le pays.

La pièce de Jean-Paul Sartre, moi qui suis plutôt camusien, est l’une des quelques pièces que depuis l’âge de 20 ans je rêve de monter. Alors pour l’anniversaire du Chêne Noir et en coproduction avec mon ami Michel Kacenelenbogen, directeur du Théâtre Le Public à Bruxelles, j’ai pensé qu’il était temps de le faire.
Cette pièce est d’une étonnante modernité. Et je serais tenté de dire : hélas ! Car le racisme sévit toujours aux États-Unis et cela n’est probablement pas le nouveau président de ce pays qui fera évoluer favorablement les choses. Mais la pièce est créée en France, à Avignon, avant Paris et une tournée internationale, et il me semble qu’elle nous parle aussi de nous. Et de tous les racismes, quels qu’ils soient. D’ailleurs, le rôle du « nègre » ne sera pas interprété par un comédien noir, mais par un acteur d’origine maghrébine, Mouloud Belaïdi. Le reste de la distribution est franco-belge, avec une pléïade de comédiens talentueux.

Enfin, en guise d’introduction, ces deux répliques de la pièce :
– Lizzie : Je veux dire la vérité. – Fred (client et fils du sénateur) : La vérité ! Une putain à 10 dollars qui veut dire la vérité ! Il n’y a pas de vérité : il y a des blancs et des noirs, c’est tout. Dix-sept mille blancs, vingt mille noirs. Nous ne sommes pas à New-York, ici : nous n’avons pas le droit de rigoler… »

(Gérard Gelas)

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s