« IVO LIVI, OU LE DESTIN DE YVES MONTAND » : FAIRE LA CIGALE POUR EVITER UNE VIE DE FOURMI

CRITIQUE. « IVO LIVI ou le destin d’Yves Montand » de Ali Bougheraba et Christos Mistopoulos, m.e.s. Marc Pistolesi – Théatre de Grasse (salle de la Roquette sur Siagne) – Le 18 Novembre 2017 20h30

Faire la cigale pour éviter une vie de fourmi.

L’histoire d’Yves Montand, depuis sa naissance à sa mort, un survol mené tambour-battant par des comédiens, chanteurs, danseurs, musiciens, virevoltants d’astuces et de prouesses pour nous faire voyager sur les chapeaux de roues.

« Ivo Livi », nous l’avions manqué à Avignon en 2016, et la chronique d’Emilie Touat, pour le bruit du off 2016 ainsi que de nombreux autres bons retours, nous ont donnés envie d’aller voir ce spectacle. Heureusement Jean Florès l’avait repéré et programmé cette saison.

Le théâtre de Grasse étant en travaux pour 6 mois, c’est dans différents lieux alentours que l’équipe accueille les compagnies et les spectateurs. Ce soir, nous sommes à la salle de spectacles de La Roquette sur Siagne, lieu un peu froid, mais salle chaleureuse.

Tout commence en Toscane où le 13 octobre 1921, Ivo nait dans une famille pauvre. L’accouchement est grandement théâtralisé. Puis vient la petite enfance entre Giuseppina, une mère à l’italienne, Giovani, un père communiste digne de Gramsci, Lydia la soeur ainée et Julien son frère cadet. En 1923, affamés, ils fuient l’Italie fasciste. Ils visent l’Amérique, mais les portes de l’immigration se referment sur eux. Ils restent à Marseille où le petit Ivo deviendra grand. L’éducation communiste est l’épine dorsale de la famille.

Il aura le choix entre le travail à l’usine ou réussir dans le cabaret de Music Hall. Il fera de multiples rencontres, sera aidé par ceux qui détectent en lui un potentiel,un amour du chant et des planches. On y croise entre autre des impresarios Marseillais, Parisiens ou Américains, des grands noms du spectacle comme Edith Piaf, ou sa compagne de vie Simone Signoret et bien d’autres encore.

On y suit l’histoire de cette époque, l’italien fuyant le fascisme, se retrouvant chahuté en France car immigré, la crise de 1929 en Amérique et les répercussions sur sa famille comme sur le monde, la guerre de 39-45 et la tristesse de voir disparaitre son ami Levy.

La transition vers la société du spectacle se joue grâce au hasard des rencontres Marseillaises. Puis Paris, le succès et les tournées dans toute la France. Dans la Russie de Kroutchev, il vacillera sur ses bases communistes. Il arrive enfin à New York, rêve d’enfance avec son ami Levy. La pièce évite le revirement capital-libéral de sa fin de vie.

Ce spectacle est multiple et riche, comédie, émotion, Histoire, relations humaines, chant, danse, claquettes, musique live, c’est un grand plaisir que la compagnie nous offre là. Pour les aficionados de la comédie musicale ou pas, cette générosité et cette chaleur à l’italienne est à mettre dans toutes les têtes.

Annick & Emmanuel Bienassis

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s