CLOPE AU CINE : BIENVENUE AU MINISTERE DE LA CENSURE !

TRIBUNE : Quand le ministère de la Culture mute en ministère de la Censure…

Dans les derniers tuyaux de la Macronie -et singulièrement du ministère de la culture- sur une suggestion de notre délicieuse mais (très) rigide ministre de la santé, on apprend ce jour qu’il est envisagé « d’éradiquer » toute représentation de la cigarette, notamment dans les oeuvres audio-visuelles…

Bienvenue au ministère de la censure ! Françoise Nyssen, après avoir défendu des décennies durant les auteurs les plus censurés de la littérature mondiale, poursuivis par les dictatures et les états autoritaires, cautionnerait cette atteinte évidente à la liberté de créer des artistes audio-visuels, et donc des cinéastes, qui se verraient purement et simplement interdire de représenter l’acte ô combien blasphématoire de s’en griller une bonne petite, à l’écran -comme à la ville ?

A quand l’interdiction aux acteurs de boire un coup à l’écran, se faire tailler une petite pipe et pourquoi pas s’envoyer une bonne ligne dans les narines ?

Et quid des chef-d’oeuvres avec Bogart, Gabin, Clint Eastwood et autres, doit-on leur ôter la clope de la bouche ? Et réécrire toute l’histoire du cinéma ?

Non seulement ce projet est absurde, irréaliste voire carrément surréaliste, mais il ferait montre -de la part d’une femme de lettres, si elle le soutient- d’un profond mépris de la liberté absolue de création, principe fondamental qui prévaut en France comme en Europe depuis qu’on en a fini avec le catholicisme et avec les dictatures…

Avec ce  ministère de la culture-là, déjà peu visible, plutôt inapte à défendre sérieusement la création vivante -comme on le voit en laissant crever les « petits » festivals impactés par la crise et le terrorisme sans bouger un petit doigt-, incapable de soutenir efficacement les structures culturelles en perdition, conséquence directe du retrait des subventions territoriales non compensées par l’Etat (que les élus en régions ne manquent pas d’invoquer pour justifier leurs coupes abruptes dans leur soutien à la Culture)… avec ce ministère fantôche aux ordres d’un Jupiter « éclairé », voici que l’on assisterait à sa transmutation en un ministère de la censure étatique, au nom d’une pudibonderie qui ne dit pas son nom et s’abrite derrière le politiquement correct érigé en nouvelle norme sociétale ? Quelle tartufferie ! Molière en rirait à gorge déployée…

Mais surtout quelle hypocrisie, quel cynisme ! C’est ça la France que nous promet Emmanuel Macron ? Un sanctuaire du bien-pensant, s’ingérant dans la création au nom des diktats de technocrates frustrés -qui feraient mieux de s’en griller un petit plutôt qu’emmerder le peuple qui crée ? Non, ceci n’est pas une pipe, simplement une hérésie néo-libérale qui doit bien faire plaisir aux écolos version « familles de France » et autres coincés du cul, apôtres de la « révolution » sanitaire. Amen.

Faustine Saint Pierre,
pour vous servir

* Dès le 1er décembre, suivez sur le « Tribune » la chronique hebdomadaire (et à 2 bosses) de Faustine (pour vous servir), également disponible sur son propre blog.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s