« LA PASSION VAN GOGH », QUAND LE FILM D’ANIMATION CONFERE AU SUBLIME

CRITIQUE. La passion Van Gogh. – Scénario et réalisation: Dorota KOBIELA et Hugh WELCHMAN. A reçu le prix du public au festival du film d’animation d’Annecy en 2017.

L’idée du film, Vincent van Gogh aurait été assassiné. Pourquoi ? Par qui ?
Armand Roulin fils du receveur des postes Arlésien, se rend à Auvers sur Oise à l’auberge Ravoux où logeait Vincent, comme pensionnaire, porteur d’une lettre qu’il est supposé donner à Theo, frère cadet de Vincent. Cette lettre est la dernière de Vincent pour Theo.

Vincent est mort d’une balle dans le ventre; la poitrine disent certains. En tout cas la trajectoire « en biais » contredit la thèse du suicide.

Armand cherche Theo pour lui remettre cette lettre. Il ne sait pas que le frère cadet de Vincent se meurt de la syphilis dans un hospice hollandais . Tout appliqué à sa tâche il va nous faire revivre les divers personnages qui ont croisé le chemin tortueux de l’homme à l’oreille coupée. L’enquête se dessine a minima. Suggérant ici dans le champ aux corbeaux, une crise d’angoisse, là, une altercation avec des jeunes du village, ou les soins fantaisistes du Dr Gachet dont Vincent disait qu’il était au moins aussi fou qu’eux.

Armand sait que que Vincent traînait une mauvaise réputation. D’ailleurs ne sortait-il pas de l’asile de Saint Paul de Mausole à Saint Rémy de Provence. Le fils Roulin connaissait cette histoire d’oreille coupée. Le fait que son père l’avait en haute estime et connaissait son ami Gauguin, n’en faisait quand même pas moins « un fou ». Des pétitions avaient circulé. Alors pour Armand, assassiné ! suicidé ! …la belle affaire.

La passion van Gogh c’est aussi et surtout l’extraordinaire travail de titans fourni par une centaine d’artistes venus du monde entier pour s’imprégner de la palette et du style particulier, de Vincent van Gogh, reconnaissable entre tous les autres impressionnistes. Quelle gageure!!!! 62450 plans pour les 1009 prises de vues, excusez du peu ! Ajoutez à cela l’incruste des comédiens, digitalisés, chaque image peinte à l’huile et à la main !

On est happé par les images/peintures qui naissent et s’enchaînent sur l’écran. Nous sommes enivrés par les paysages et parcourons les chemins empruntés par Vincent dans une belle nature tourmentée. Nous visitons les lieux de ses séjours. Arles , St Rémy de Provence, Auvers sur Oise. Les personnages, les paysages en vacances de leur habitat naturel s’offrent une cure de jouvence. Les paysages sont aussi vivants que les portraits . « Vouloir voir une autre lumière. Vouloir enfin voir ce soleil plus fort ». On en prend plein la vue. La magie opère. Vincent est là. Nous avons ses pinceaux en main. Ses aplats de couleurs parcourent l’écran comme autant d’éclairs zébrant la toile. L’extase.

Titanesque vous dis-je. Quel bel hommage ! Quels talents. J’y vais, j’y cours !

André Michel Pouly

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s