VALESKA GRISEBACH : UN « WESTERN » PAS COMME LES AUTRES

CRITIQUE. FILM : « WESTERN », finaliste pour le « PRIX LUX.UE 2017 », Parlement européen – un film de Valeska Grisebach, produit par Maren Ade. Jusqu’au 13/11 au Parlement européen et le 9/11/17 au BOZAR à 19h30, Bruxelles

Un « WESTERN » pas comme les autres.

Un film allemand, bulgare et autrichien dans une réinterprétation du genre western. L’histoire se déroule dans les abords d’un village perdu en Bulgarie, proche de la frontière avec la Grèce, où un groupe d’ouvriers allemands travaille sur un chantier. Loin de chez eux, ne comprenant pas la langue, de culture différente, à cause de leur méfiance, leur relation avec la population locale n’est pas des plus simples.

Meinhard Neumann, personnage principal est un ancien légionnaire humaniste, reconverti en ouvrier, plutôt taciturne, qui ne se mêle pas trop à ses compatriotes quelque peu nationalistes (ces derniers plantent un drapeau allemand). Il va essayer d’entrer en contact avec les villageois, grâce, entre autre, à la relation qui le lie à un cheval. Essayant de se comprendre tant bien que mal malgré la barrière de la langue, et de dépasser les préjugés, les situations se compliquent parfois créant des petits conflits, non seulement, entre Meinhard et le contremaître, mais également entre les deux populations Comment faire lorsque l’eau n’arrive pas jusqu’à eux pour poursuivre le chantier, que le gravier n’est pas livré et où, dans cette campagne bulgare marqué par l’histoire, être «allemand est égal à nazi » ?

Un film tourné presque à la façon d’un documentaire, avec peu de dialogues, tout en images, un genre western revisité où les indiens pourraient être des villageois bulgares, les pionniers des ouvriers allemands et le paysage de l’Est le Far West. Mais plus qu’un western, la vision du film s’apparente à l’Europe d’aujourd’hui face aux travailleurs détachés, à l’ambivalence des projets d’infrastructures -comme l’explique la réalisatrice – qui d’un côté prône l’aide à apporter, même s’il est toujours question d’argent, et de l’autre interviennent pour prendre une posture en arrivant avec la pelleteuse, décidant que « la rivière ne devrait pas se trouver là où elle est ». C’est une situation très fragile et difficilement tenable, nous dit Valeska Grisebach dont le film « Western » a été présenté au Festival de Cannes de mai 2017.

Intelligent, subtil, actuel avec une belle touche de sensibilité et d’humanité. Des acteurs très réalistes, on s’y croirait. Une façon intéressante de confronter les différentes visions de l’Europe. À voir donc, sans aucun doute, même si le film peut paraitre un peu lent, ou sans doute avec un peu trop de retenue.

Julia Garlito Y Romo
à Bruxelles

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s