« SLOOP5 MACHINES DU REEL », 3 PIECES AU POCHE GENEVE

sloop5 machines du réel: Arlette Antoinette Rychner / Pascale Güdel – Moule Robert Martin Bellemare / Joan Mompart – Voiture américaine Catherine Léger / Fabrice Gorgerat – Théâtre POCHE/GVE, Genève – 27 novembre 2017 au 28 janvier 2018.

Ces trois écritures sont conçues spécialement pour la scène, les actrices, les corps, leur jeu. Elles appellent la machine du théâtre : les rouages, les artifices et en particulier les costumes. Ces trois écritures – une bien de chez nous et deux autres du Québec – font naître l’illusion…

Le regard embué par la mélancolie, Arlette, une jeune femme des Franches-Montagnes fouille dans les tiroirs de sa mémoire. Archéologue en déroute, elle joue avec la machine à remonter le temps, jusqu’à en perdre les pédales.

L’éducation des enfants, c’est une affaire sérieuse. Moule Robert l’instit’ consciencieux et son double diabolique Robert Goule riche entrepreneur culturel provoquent un clash des valeurs dégénéré et drolatique entre respect de l’autre, ambition et souveraineté de l’individu.

Dans Voiture américaine, huit êtres errent dans une jungle urbaine dévastée – un univers parallèle et post-apocalyptique à la Mad Max où le manque dicte sa loi. Comme des bêtes dans l’arène de leur propre désir, en attendant l’amour ou un taxi vers nulle part, toutes menacent de se faire engloutir.

Une célébration de l’amour du théâtre et de la fiction certes, mais aussi un ancrage radical au cœur d’une actualité brulante : coïncidence ou hasard lourd de sens, les trois pièces du sloop5 machines du réel abordent le viol et la domination subies par les femmes depuis différents points de vue : de l’évocation des violences ordinaires dans Arlette à l’hyper-actuelle condamnation d’un directeur du festival du rire pour viol et séquestration dans Moule Robert, ces écritures font rejaillir à quel point il s’agit d’actes tout aussi quotidiens que fondateurs, de tabous qui n’en sont pas, tant ils semblent constitutifs des relations hommes-femmes…

Ces écritures qui explorent le temps, le rêve, le pouvoir, l’ultra-libéralisme, le désir et ce qu’il en reste après le capitalisme, qui disent les rapports de force et la violence de l’amour, s’aventurent du côté du conte et de la psychanalyse comme de la science-fiction et font confiance à l’humour surtout et avant tout.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s