« VIRGILIO, L’EXIL ET LA NUIT SONT BLEUS », UNE HISTOIRE DE FAMILLE

CRITIQUE.« Virgilio, l’exil et la nuit sont bleus » de Gérard Gelas avec Gérard Gelas et Julien Gelas au piano. Le 18 Octobre 2017 au Théâtre du Chêne Noir – Avignon

C’est dans le cadre de la semaine italienne d’Avignon que Gérard Gelas présente au Chêne Noir « Virgilio, l’exil et la nuit sont bleus ». Virgilio c’est ce grand oncle italien, poète et paysan qui par la force des choses s’exila de son pays pour survivre. Virgilio c’est cette histoire intime de la famille Gelas et pourtant si universelle de ces migrants d’ici et d’ailleurs, qui depuis la nuit des temps fuient la pauvreté ou la guerre en gardant au fond de leur cœur la nostalgie de ces bonheurs passés.

40 ans après sa création au Chêne Noir c’est tout naturellement que Gérard Gelas a invité son fils Julien à l’accompagner dans cette aventure artistique en lui demandant de composer une traduction musicale de son texte et de l’interpréter au piano avec lui sur scène. La mise en scène est sobre et nous plonge dans une atmosphère poétique qui nous entraîne loin dans le cœur et dans l’âme de Virgilio. Le ton de Gérard Gelas évoque successivement le rêve, la nostalgie et la passion renforcés par une expression musicale toujours en phase avec le texte. Loin de nous présenter un travail familial, Gérard et Julien nous prennent par la main et nous plongent dans cette histoire intemporelle de migrants, comme un pendant épique et poétique à la pièce « Migraaaants » de Matéi Visniec mise en scène cet été dernier au Chêne Noir pour le festival Off d’Avignon. Gérard Gelas dévoile ici aux plus jeunes spectateurs sa puissante écriture poétique de cette époque de création et Julien lui répond avec beaucoup d’émotion par ses compositions. La trame familiale est évidente mais n’est pas le fond de cette rencontre qui se veut avant tout artistique. Sur scène Gérard Gelas interprète et conte l’errance quasi mystique du poète paysan, quintessence de tous ces migrants actuels et passés. Instants parfois troubles où sous les mots de l’auteur Gelas on peut néanmoins ressentir ce plein de respect et d’amour de Gérard pour son grand oncle, pour sa mère.

Gérard et Julien Gelas nous offrent un beau moment de rencontre entre deux artistes aux sensibilités différentes mais unis autour de ce texte et qui, toujours avec maîtrise, se laissent aller, s’interpellent et se répondent avec talent pour nous entraîner dans cette aventure universelle et intemporelle.

Pierre Salles

Gérard Gelas- photo Manuel Pascual

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s