« LES FAUX BRITISH », INCONTOURNABLE ET HILARANT

Bruxelles, correspondance.
CRITIQUE. « LES FAUX BRITISH », de Henry Lewis, Jonathan Sayer et Henry Shields; mise en scène de Gwen Aduh ; du mardi au samedi à 20’30 (sauf le 31/12/17 à 21’00) – Relâche du 31/10 au 04/11/17 ; au Théâtre Le Public, Grande salle, à Bruxelles, jusqu’au 31/12/17.

Vous avez dit burlesque ? Les « Faux British » c’est plus que ça ! C’est à mourir de rire !

Dans le cadre de sa réunion annuelle, l’Association des amis du roman noir anglais, l’ARNA, décide de présenter une pièce hors du commun « Meurtre au manoir Haversham ». « The play that goes wrong », titre original de la pièce, donne à lui seul les indications de ce qui attend le spectateur : une pièce où tout, mais alors absolument tout va aller de travers. Sept amateurs de thriller en amateurs acteurs, essayez de l’imaginer ! Un pur bonheur zygomatique !

L’histoire se déroule au XIXe siècle, au cœur de la vielle Angleterre : un manoir, des fiançailles, un meurtre. Tous sont suspects. L’enquête est ouverte et très vite… tout dérape !

Alors que le public s’installe à peine dans la salle avec brouhaha, le décor est mis en place, tant bien que mal, par une comédienne, lampe au front. Elle passerait presque inaperçue, si ce n’est le bruit que provoque un tableau mal accroché en tombant ou la cheminée qui se déglingue. Le spectateur rit de sa maladresse mais ne comprend pas tout de suite que la pièce a déjà commencée. Les catastrophes s’enchaînent, et le sort s’acharne sur la troupe, décidément très amateur qui, loin de se décourager, feront tout pour sauver le spectacle et maintenir le suspens jusqu’à la fin. Le temps ne laisse pas la place à la réflexion, tout est rapide, il faut avoir des yeux et des oreilles partout, tant les détails déclenchent l’hilarité en continu.

Aduh Gwen signe ici une mise en scène digne de son parcours d’acteur, de metteur en scène, d’artiste de rue, de magicien et de mentaliste. Un clin d’œil à toutes « ses vies » se distinguent parfaitement dans « Les Faux British ». Original, comique, divinement absurde, intelligent, mêlant le Vrai au Faux, Aduh Gwen dit flirter avec deux dimensions et nourrit sa pièce d’un rythme cinématographique inspiré des maîtres du burlesque et du cinéma muet comme Chaplin, Laurel et Hardy ou encore, Jacques Tati, Pierre Richard ou Peter Sellers, pour ne citer qu’eux.

Les artistes jouent en alternance : toutes et tous juste excellents ! De vrais comédiens jouant faussement les amateurs ! Pas simple et absolument réussi !

Coproduction du Théâtre Le Public et de Ki M’aime Me Suive, la pièce se jouera également au Chêne Noir, à Avignon, en janvier 2018.

Flegme légendaire britannique à la belge dans un « burlesco » à l’italienne ! On en redemande ! Et pas qu’une fois !

Julia Garlito y Romo

Photo C. Raynaud de Lage

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s